< | >

L’aluminium serait dangereux pour les seins

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch
Samedi, 7 janvier 2012

Une étude prouve l’effet nocif des sels d’aluminium des déodorants sur les cellules mammaires

Cancérigène, l’aluminium des déodorants? On le dit depuis des années, mais à en croire les auteurs d’une étude genevoise, publiée dans le Journal of Applied Toxicology , c’est la première fois qu’on arrive à contester l’innocuité des sels d’aluminium.
En laboratoire, l’équipe du biologiste Stefano Mandriota et du professeur d’oncologie André-Pascal Sappino a mis en contact des sels d’aluminium avec des cellules mammaires humaines saines. La concentration en sels d’aluminium était inférieure de 1500 à 100 000 fois aux doses contenues dans les déodorants classiques.
Après plusieurs semaines, les chercheurs ont «été extrêmement surpris» de constater un comportement anormal des cellules mammaires, correspondant aux premières phases de transformation maligne.
Alors que des cellules normales, mises en culture, arrêtent de proliférer, les cellules mammaires exposées aux sels d’aluminium ont continué de se multiplier. Autre indice, l’ADN de ces cellules faisait l’objet de cassures. Enfin, exposées dans un gel d’agarose – une substance dans laquelle des cellules saines restent isolées – les cellules mammaires ont formé des colonies. Un comportement typique de cellules tumorales. «Nous avons eu beaucoup de mal à publier cette recherche», signale le professeur Sappino, qui relève que près de 90% des déodorants vendus dans le commerce contiennent des sels d’aluminium. 
Sophie Davaris

< Retour à la liste