< | >

La rougeole peut entraîner de graves séquelles neurologiques

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.


Mardi 19 décembre 2006

Santé La vaccination reste la seule parade contre cette affection protéiforme.

La rougeole n’est pas une maladie infantile bénigne. D’origine virale, elle peut causer des lésions irréversibles.

Le point avec le professeur Alain Gervaix, médecin-chef du Service des urgences de pédiatrie de l’Hôpital cantonal.

❚ L’origine. La rougeole est un virus circonscrit à l’homme. Ainsi, si l’on vaccinait la tota- lité de la population, on parviendrait à éradiquer la maladie.

❚ Les symptômes. Il faut préalablement noter que l’incubation (moment où le patient est en contact avec le virus et celui où les premiers signes se manifestent) est d’environ dix jours.

Au terme de cette période, le malade a une forte fièvre. Sa toux est sévère. Il peut être atteint de conjonctivite, de rhinite ou développer une photophobie (éblouissement face à la lumière). Ensuite, des boutons apparaissent d’abord derrière les oreilles, sur le visage puis progressivement sur tout le corps. Ces lésions cutanées ne provoquent toutefois pas de démangeaisons.

❚ A quel âge? Avant la géné- ralisation du vaccin, la maladie survenait surtout chez les enfants de moins de 10 ans. Aujourd’hui, elle se déclare, dans 40% des cas, chez les adolescents et les adultes.

❚ La prévention? Seule la vaccination des nourrissons (une dose à 12 mois et un rappel à 15 mois) protège de la maladie. Ces injections sont combinées avec les préventions contre les oreillons et la rubéole.

❚ Pas de traitement. Il n’existe en revanche pas de traitement direct de la maladie. Mais les personnes qui ont été exposées peuvent encore bénéficier des effets du vaccin. Celui-ci est efficace dans les septante-deux heures qui suivent la contamination.

Attention aux complications!

La rougeole peut être à l’origine de pathologies graves, parfois mortelles ou entraînant des infirmités.

❚ L’encéphalite. La plus fréquente reste l’encéphalite. Il s’agit d’une inflammation touchant l’ensemble du cerveau et du cervelet. En dépit des traitements, la maladie provoque dans 30% des cas des lésions neurologiques irréversibles.

❚ L’atteinte virale. Celle-ci est aussi responsable de pneumonies sévères tant chez les enfants que chez les adultes. Elle peut en outre affecter d’autres organes comme le foie et déclencher ainsi une hépatite.

D’autres maladies, plus rares mais toutes aussi graves, lui sont encore associées.

Véritable fléau en Afrique

Cependant, c’est dans de nombreux pays en voie de développement que la rougeole constitue un véritable fléau pour les populations.

Elle est en effet une des causes importantes de mortalité infantile: plusieurs millions d’enfants, principalement sur le continent africain, meurent chaque année des suites de la maladie.

Enrayer le mal par une bonne couverture vaccinale

Faut-il oui ou non vacciner ses enfants dès la première année de vie? La plupart des praticiens y sont favorables. La rougeole est en effet une maladie pandémique. Autrement dit, chaque fois que la couverture vaccinale d’une population est inférieure à 85%, une épidémie peut survenir. La Suisse en a fait récemment les frais. En 1997, les autorités sanitaires ont recensé plus de 6500 cas de rougeole et en 2003, ce sont 1100 personnes qui en ont été atteintes. L’Allemagne vient elle aussi de faire face à une flambée. Certes plusieurs polémiques ont circulé à propos des effets secondaires de cette vaccination. Elle aurait été la cause de maladies intestinales et d’autisme. Mais de multiples études menées conjointement dans différents pays ont démontré qu’il n’existait aucun lien de cause à effet entre le vaccin antirougeole et ces pathologies.

Si les pédiatres se montrent aujourd’hui particulièrement persuasifs à l’égard de la prévention, c’est qu’aucune population n’est épargnée. Même si elle réside dans un pays où la vaccination est pratiquée, elle peut contracter la maladie lors de voyages effectués dans des contrées moins privilégiées.

Adélita Genoud

< Retour à la liste