Informations et recommandations cantonales destinées aux médecins concernant le COVID-19

Veuillez vous connecter pour accéder à ces informations

Page de connexion

Flèche haut
Réduire

< | >

Les réserves fondent

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.


Mardi,
27.01.2009

Assurance maladie · Selon santésuisse, à la fin 2009, les réserves des caisses-maladie seront très nettement en dessous du minimum légal.

Fin 2009, les réserves des caisses-maladie atteindront un plancher record de 4%, soit trois fois moins que le minimum légal. Avec ces projections, les assureurs tirent à nouveau la sonnette d’alarme et brandissent la menace de hausses de primes entre 10 et 20%.
L’association faîtière des assureurs maladie revient à la charge: elle avait déjà annoncé fin décembre des hausses de primes de l’ordre de 10% pour 2010. Un nouveau «scénario catastrophe» a été rendu public dimanche et hier dans la presse alémanique. Santésuisse y parle d’un écart négatif de 1,6 milliard de francs entre primes et prestations pour 2008, et autant pour 2009.
«Nos projections sont calculées selon le «monitoring» des coûts de la santé de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)», a précisé hier Nello Castelli, membre de la direction de santésuisse, interrogé par l’ATS. «Elles se basent sur les neuf premiers mois de 2008.»
«Il manque encore les chiffres du dernier trimestre de 2008», a nuancé M. Castelli. Les résultats définitifs des caisses seront connus fin février. «Nous pourrons alors faire de nouvelles prévisions», a-t-il ajouté. Il précise que les résultats effectifs dépendront aussi de l’évolution des coûts en 2009.

Crise financière: 600 millions de pertes
La raison de cette fonte rapide des réserves: les augmentations de primes des dernières années ne couvrent pas la hausse annuelle de 5% des coûts, expliquent les assureurs. De plus, les caisses ont été obligées de réduire leurs réserves «au moment le plus idiot», a déclaré Felix Schneuwly, porte-parole de santésuisse dans une interview parue hier dans la «Berner Zeitung».
La vente de papiers-valeurs en pleine crise financière a provoqué des pertes de 600 millions de francs, souligne M. Schneuwly. «Il y a peut-être aussi eu des problèmes de placements», admet Nello Castelli, sans avancer de chiffres. En moyenne, 15% des fonds des assureurs sont placés en bourse, précise le représentant de santésuisse.

L’OFSP enquête
Pour l’instant, l’OFSP refuse de commenter les chiffres avancés par les assureurs, ou de faire des pronostics, comme l’a déclaré lundi son porte-parole Daniel Dauwalder. L’organe de surveillance est en train de passer au peigne fin la situation financière des caisses-maladie. L’enquête, qui a lieu chaque année, couvre cette fois toutes les caisses.
«Nous avons élargi l’enquête à l’ensemble des assureurs à cause de la crise financière», a précisé M. Dauwalder. L’enquête se termine fin février. «Elle nous indiquera une tendance», souligne le porte-parole. Elle sera suivie de tables rondes entre les cantons, les assureurs et la Confédération. ATS

< Retour à la liste