< | >

La syphilis est en forte hausse dans le canton

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch
Samedi, 15 octobre 2011

La maladie touche de plein fouet la communauté gay. Un dépistage gratuit est proposé

On croyait la syphilis disparue. Mais depuis les années 2000, la Suisse connaît une recrudescence de cette maladie vénérienne. Checkpoint-Genève propose jusqu’à la fin du mois un dépistage gratuit dans le cadre de la campagne nationale lancée par l’Aide suisse contre le sida, qui cible la communauté homosexuelle.

Au total, 975 nouvelles infections ont été déclarées l’an passé à l’Office fédéral de la santé publique. La moitié d’entre elles a été diagnostiquée sur des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. A Genève, le nombre de personnes infectées a quasi doublé entre 2006 et 2010. Sur 57 cas dans le canton l’année dernière, plus de la moitié concerne des gays.

Une situation qui alarme les associations. «La syphilis se détecte souvent tardivement car elle ne provoque pas de désagrément au début. Tout juste va-t-on remarquer un bouton bizarre», explique Vincent Jobin, responsable de la santé sexuelle à Dialogai. Mais après une période d’incubation, elle peut entraîner des conséquences irréversibles sur le système nerveux. De plus, elle multiplie par cinq, voire par dix, le risque d’infection du VIH.

Face à ces risques, le Checkpoint des Grottes se déplace dans les lieux de rencontre gay pour proposer un test de dépistage. Une goutte de sang prélevée et le résultat est donné dans les quinze minutes. Comment faire le dépistage? Plus d’information sur dialogai.org ou sur gay-box.ch
Anne-Elisabeth Celton

< Retour à la liste