< | >

Nous mourons plus vieux et plus déments

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.


Vendredi, 25 novembre 2011

CAUSES DE DÉCÈS 

Les Suisses meurent de plus en plus vieux. Selon une étude publiée hier par l’Office fédéral de la statistique (OFS), c’est en moyenne à l’âge de 74,4 ans que les hommes rendent l’âme. Les femmes sont moins pressées et décèdent en moyenne à 81,2 ans. Et 57% des personnes décédées avaient atteint l’âge de 80 ans ou plus. Résultat du vieillissement de la population: le nombre de personnes qui meurent des suites d’une démence a doublé en dix ans. Cette pathologie est la troisième cause de décès en Suisse. Les patients ne périssent en général pas directement de la démence mais de ses conséquences (affaiblissement de l’état général, problème à se nourrir, complications pulmonaires, etc.). La maladie du grand âge tue toutefois une minorité de personnes (8% des décès).

Maladies cardiovasculaires

Comme c’est le cas depuis des décennies, la principale cause de trépas reste les maladies cardiovasculaires. Celles-ci ont tué 22 228 personnes sur les 62 476 décès enregistrés en 2009 en Suisse. Arrivent ensuite les cancers, qui ont causé la mort de 16 062 Helvètes, soit 1000 de plus que dix ans auparavant. Mais, en tenant compte de l’accroissement de la population, le cancer a proportionnellement moins tué. Le plus mortel reste le cancer du poumon, qui a fait 3000 morts (18% des décès par cancer et 5% de tous les décès).

Nombre en augmentation

Les morts violentes restent le triste apanage des hommes (2200 hommes décédés par suicide, accidents de la route ou chutes, contre 1400 femmes). C’est d’ailleurs la principale cause de mortalité chez les 25-44 ans. Le nombre de morts violentes a heureusement fortement diminué, surtout chez les hommes, ces dernières années. Le résultat, selon les autorités, des efforts consentis en matière de prévention des accidents de la route et du suicide. Autre inégalité frappante entre les sexes, le pourcentage bien plus élevé de femmes que d’hommes entre 45 et 64 ans qui meurent du cancer.
D’après les prévisions de l’OFS, le nombre global de décès va augmenter ces prochaines années. Chez les plus de 80 ans, ils devraient grimper à environ 46 000 par année à l’horizon 2025, alors que, chez les plus jeunes, ils se stabiliseront autour de 25 000.
SÉBASTIEN JOST

< Retour à la liste