< | >

La vaccination contre la rougeole progresse, surtout à Genève

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Mardi, 9 octobre 2012

Le taux de vaccination  chez les enfants s’améliore.  Pas suffisamment toutefois pour éradiquer la maladie

C’est mieux, même si ce n’est pas encore parfait. Entre 2008 et 2010, les taux de vaccination des enfants de 2, 8 et 16 ans ont été étudiés dans les 26 cantons suisses. Zoom sur la rougeole: le taux de couverture vaccinale a fortement progressé dans ces trois groupes d’âge, passant de 71 à 83% chez les enfants de 2 ans. Il reste toutefois bien en dessous des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, soit 95% pour deux doses de vaccin. A Genève, on frôle ce taux, avec 93% d’enfants doublement vaccinés.
«La grande épidémie qui a touché la Suisse entre 2006 et 2009 a permis de faire progresser l’information», commente Virginie Masserey, responsable de la section vaccination à l’Office fédéral de la santé publique. 
Le bon résultat genevois s’explique selon elle par «la longue tradition du canton dans la vaccination des enfants. Les services du médecin cantonal collectent les carnets de vaccination vers l’âge de 2 ans, ce qui ne se fait pas partout.» Chaque famille genevoise est en effet invitée à remettre aux autorités sanitaires le carnet de vaccination de son enfant lorsque celui-ci atteint 28 mois. «Ce dispositif rappelle aux parents qui l’auraient oublié l’importance de la vaccination», explique Philippe Sudre. Le médecin cantonal délégué aux maladies transmissibles à Genève a bon espoir d’atteindre les 95% de personnes vaccinées dans un avenir proche. Rendant hommage au travail des pédiatres, il salue la forte présence d’étrangers dans le canton, «souvent plus convaincus des bienfaits de la vaccination que les autochtones!»
De manière générale, la Suisse romande vaccine mieux que la Suisse alémanique. «Culturellement, les Romands semblent plus ouverts à ce geste et les autorités sanitaires plus engagées à le promouvoir», observe Virginie Masserey. La Confédération a élaboré une stratégie nationale d’élimination de la rougeole, qui passe notamment par la motivation des médecins et des parents, le rappel de l’importance de deux doses avant l’âge de 2 ans (cela améliore l’immunité), le rattrapage vaccinal chez les adultes, les campagnes d’information. Le plus souvent bénigne, la rougeole, très contagieuse, peut engendrer des complications: otite, pneumonie (10 à 15% des enfants), encéphalite (1 cas sur 1000). 
Sophie Davaris

< Retour à la liste