< | >

La Supra plongée dans la tourmente

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

 
Mardi, 4 décembre 2012

Caisse maladie

«Graves manquements aux règles de gouvernance d’entreprise. (…) Compétences et processus de conduite empreints d’opacité. La façon dont la direction générale de l’entreprise a géré la situation financière de la Supra Assurances SA, qu’elle connaissait pourtant depuis longtemps, est particulièrement frappante.» La cheffe du Département des finances, Eveline Widmer-Schlumpf, a répondu précisément aux questions du conseiller national et avocat Mauro Poggia (MCG/GE) sur les raisons qui ont poussé la FINMA à révoquer les conseils d’administration de la Supra SA, mais aussi d’Assura SA et de Divesa Holding SA. Comme on retrouvait dans ces sociétés les mêmes personnes, la FINMA ne «pouvait plus faire confiance aux organes en place». Par contre, ces mêmes personnes restent en place dans les caisses maladie du même nom qui pratiquent l’assurance de base. «Mêmes organes dirigeants, donc même insuffisances?» s’est étonnée Isabelle Moret (PLR/VD) à l’adresse du chef du Département de l’intérieur, Alain Berset. Celui-ci a rappelé que ces caisses maladie étaient saines et que l’Office de la santé publique n’avait pas les compétences pour agir sur leurs organes ou révoquer ses membres. Au nom d’une assurée, Mauro Poggia a toutefois déposé une plainte pénale contre les membres du conseil de la Supra SA devant la justice genevoise pour gestion déloyale.  
eric.felley@lematin.ch
ÉRIC FELLEY

< Retour à la liste