< | >

Le mystère plane sur la reprise du groupe Supra

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Mardi, 4 décembre 2012

Pourquoi l’assureur a-t-il été placé sous la tutelle de Berne? Le mystère demeure

Le monde des assurances et des politiciens vaudois ne comprend pas pourquoi la FINMA, l’autorité de surveillance de la place financière suisse, a ordonné le 14 novembre dernier la mise en faillite de Supra Assurance. Et il le fait savoir. Supra et Assura (le groupe qui doit récupérer les assurés de la Supra) ont en effet été l’objet d’une rafale de questions durant une séance du Conseil national vaudois hier. Les politiciens ne comprennent pas non plus pourquoi la FINMA a ordonné la reprise par Assura des 70 000 personnes  ayant souscrit un contrat d’assurance maladie complémentaire auprès de Supra.
Le groupe Divesa, qui chapeaute officiellement les deux assurances, fait lui aussi l’objet de nombreuses questions. Divesa? Bien des observateurs ne savent d’ailleurs pas encore qui se cache derrière ce nom. Une autre question est posée avec insistance: comment Markus Wandhoven, le proconsul que la FINMA a installé à la tête de Divesa, organisera-t-il le transfert des 70 000 assurés de Supra?

Toutes ces questions restent sans réponse. Et pour cause, les principaux concernés ne souhaitant pas parler. Tobias Lux, porte-parole de la FINMA, dit ne rien pouvoir dire. Markus Wandhoven également. Quant aux assureurs, ils ne s’expriment pas non plus.
Seules certaines langues «proches du dossier» se délient, sous le couvert de l’anonymat. Elles laissent entendre que la FINMA «y est allée fort» et que le rapprochement  entre la Supra et Assura serait difficile tant les deux entreprises sont différentes. Voilà qui suscite de nombreuses autres questions auxquelles il faudra bien répondre  un jour. 
Daniel Audétat

< Retour à la liste