< | >

La médecine genevoise déstabilisée

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Mercredi, 5 décembre 2012

L’éditorial

Si l’automne et le froid vous dépriment, rassurez-vous: Genève comptera bientôt des dizaines de psychiatres de plus! Mais aussi des rayons entiers de radiologues et des ophtalmologues… à perte de vue. La raison? Berne a levé la clause du besoin, qui limitait l’installation de praticiens en cabinet. La Confédération envisage maintenant de rétablir ce mécanisme en 2013. Du coup, des centaines de médecins spécialistes se dépêchent de se mettre à leur compte avant la date fatidique…
Pour l’Hôpital, le mouvement se traduit par des départs en masse. Pour les patients, ce yo-yo administratif signifie une surabondance de spécialistes sur le marché. Mais aussi, à terme, une explosion des coûts, tant il apparaît qu’en matière médicale l’offre crée la demande.
Genève s’efforce depuis des années de stabiliser ses coûts médicaux. Les résultats obtenus dans ce domaine donnent au canton un argument de poids face à la voracité des caisses maladie. Les coûts augmentant peu, les assureurs ont plus de mal à justifier les hausses de primes massives imposées aux Genevois. En faisant sauter la clause du besoin, la Confédération a pris le risque de ruiner ces efforts. Le retour d’un contrôle du marché serait bienvenu.
Limiter les installations de médecins enfreint le principe de la liberté économique. La clause du besoin doit donc être appliquée avec subtilité: trop souple, elle ne permet pas de réduire sérieusement les coûts. Trop restrictive, elle offre aux médecins déjà installés un monopole malsain et décourage les jeunes de se lancer dans l’aventure. Entre ces deux écueils, il s’agira de trouver un équilibre très fin.
Quelle que soit l’option choisie, Berne devrait surtout assumer sa décision sur le long terme. En changeant plusieurs fois d’avis, la Confédération déstabilise un secteur économique essentiel et hautement sensible.
FrédéricJulliard

< Retour à la liste