< | >

Sang: donner plus est impossible

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Jeudi, 10 janvier 2013

Lettre du jour

Coppet (VD), 8 janvier. «Grave pénurie de sang à Genève», titrait la Tribune du 7 janvier.  Les relations avec les donneurs se soignent, ce que les HUG négligent (voir «Le Coup de gueule du Genevois» du 8 janvier ). Oui, le Centre de transfusion sanguine (CTS) genevois, sous la responsabilité du Dr Emmanuel Rigal, est pris à son propre jeu: il ne réagit pas aux sollicitations des «clients» que nous sommes, nous autres donneurs.
Ainsi, le CTS vaudois dispose depuis cinq ans d’un numéro vert, impossible à introduire à Genève. Ajoutez à cela le principe bien suisse de précaution, selon lequel un homme donnera au maximum quatre fois et une femme trois fois par année.
Or, en France, un homme peut offrir son or rouge six fois et une femme quatre fois. Combien d’années devra-t-on attendre pour que les Helvètes en parfaite santé puissent donner leur sang plus souvent et mettre ainsi fin aux pénuries de sang hivernales et estivales à répétition?
Les 1 644 000 donneurs français correspondent à 20% de la population de notre pays; l’Etablissement français du sang (EFS) ne pourrait certainement pas compromettre la santé de ses donneurs en les convoquant plus souvent que les donneurs genevois!
Martin Steib

< Retour à la liste