Le titre d’ostéopathe protégé en Suisse

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Un communiqué de la Fédération suisse des ostéopathes

Depuis le 1er janvier  2013, le titre d’ « ostéopathe » est protégé et seuls les titulaires du diplôme intercantonal sont habilités à le porter.

Cette nouvelle réglementation garantit aux patients une prise en charge par un praticien agréé et qualifié, assurant ainsi les meilleures conditions en termes de compétence et de sécurité, tant dans les traitements proposés que dans la prise en charge du patient.

Des patients entre de bonnes mains:

Cette réglementation est le fruit d’un travail de longue haleine, initié à la demande des ostéopathes. Au début des années 2000, suite au développement important de la pratique de l’ostéopathie en Suisse et afin d’assurer la sécurité des patients, les cantons ont souhaité uniformiser les conditions de la délivrance des autorisations de pratiquer la profession d’ostéopathe.

La Conférence Suisse des Directrices et Directeurs Cantonaux de la Santé (CDS) a donc initié l’élaboration d’une réglementation intercantonale dans le but de mettre sur pied un cadre délimitant la formation et les conditions de la pratique de cette profession. En novembre 2006, le règlement intercantonal pour ostéopathes est accepté à l’unanimité par la CDS, mettant sur pied un examen intercantonal couronné par un diplôme d’ostéopathe CDS.

Dès le 1er janvier 2013, chaque candidat qui se présente à l’examen intercantonal doit justifier d’une formation de cinq ans à plein temps et d’un stage de deux ans de pratique clinique. Plus de 800 diplômes ont été décernés à ce jour, dont plus de la moitié en Suisse romande. 

De nombreuses indications:

L’ostéopathie est une médecine manuelle de première intention. Elle s’appuie sur le concept que l’organisme est un tout et que la santé passe par l’équilibre de l’ensemble de ses structures. La spécificité de l’ostéopathe tient dans sa capacité à traiter les lésions mécaniques réversibles du système locomoteur ainsi que l’éventail des restrictions de mobilité d’autres systèmes.

Les indications d’un traitement ostéopathique sont très larges. Du nouveau-né à la personne âgée, de la femme enceinte au sportif de haut niveau on peut consulter un ostéopathe pour de nombreuses raisons. Si le « mal de dos » est le motif de consultation le plus fréquent, de nombreux autres maux tels que céphalées, troubles digestifs ou respiratoires représentent des indications pour une prise en charge ostéopathique. Les traitements sont remboursés par les assurances complémentaires adéquates.

La Fédération Suisse des Ostéopathes (FSO-SVO) et leurs branches cantonales (dont la Société Cantonale d’Ostéopathie de Genève SCOGe) a été créée en 2005.  Elle regroupe aujourd’hui plus de 700 membres dans toute la suisse, pratiquant de manière exclusive l’ostéopathie et répondant à de hauts critères de formation. Elle est l’interlocutrice unique des autorités compétentes

Donner la liberté de mourir

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Lundi, 14 janvier 2013

Dans «Tout s’est bien passé», Emmanuèle Bernheim raconte le suicide assisté de son père 

(suite…)

Cet hiver, l’Hôpital est mieux armé contre la grippe

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch 
Samedi, 12 janvier 2013

L’épidémie atteint le pays. La promotion de la vaccination aux HUG semble payante

(suite…)

Les malades imaginaires de l’uranium

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Le Courrier, Genève lecourrier.ch 
Samedi, 12 janvier 2013

Seuls deux cas de maladie liée à la radioactivité ont été reconnus dans les mines d’uranium gérées par Areva. De quoi sont alors morts tant de ses anciens travailleurs? Reportage.
(suite…)

Gare aux produits antirhume

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.


Samedi, 12 janvier 2013

Si les produits décongestionnants dégagent le nez, ils peuvent aussi être dangereux.

(suite…)