< | >

Ah! ce qu’on est bien quand on est dans son bain…

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch
Samedi, 19 janvier 2013

Comment soigner ses bronches, ses muscles, son moral et son système immunitaire? En s’immergeant

Chouette, ce soir, aucun repas gargantuesque au programme, aucune verrée, aucune obligation familiale. Une petite parenthèse, un peu de répit. On est tenté par l’appel du canapé, histoire de se refaire une petite santé pour repartir de plus belle, des paillettes plein les yeux. Eh bien, il y a mieux, beaucoup mieux: le bain. Car, on le sait bien, cela fait des années que la baignoire ne sert plus à se laver: elle est là pour nous permettre de nous prélasser, de nous réchauffer, de nous soigner, de nous détendre. Si au temps des Romains, le bain était une pratique que l’on partageait, un lieu où l’on se retrouvait pour converser, désormais la quiétude de la salle de bains ne devrait être interrompue que par un léger clapotis aquatique. Petits conseils pour que le bonheur soit total.

1Se couper du monde une heure au moins

Tout d’abord, pour apprécier le bain à sa juste valeur, il faut aimer se prélasser dans l’eau chaude. Certains impatients ont l’impression de perdre leur temps. D’autres, comme les femmes enceintes, les cardiaques ou les gens souffrant d’une mauvaise circulation, devront faire un peu attention. Mais la majeure partie de la population, pour peu qu’elle puisse aménager soixante minutes de «rien» dans son planning serré, adore «goger».
Il faut donc prévoir au moins une heure entre le moment où l’on ferme à clé la porte de la salle de bains et où l’on éteint son portable jusqu’au moment où la société pourra à nouveau compter sur nous. Un bain bâclé ne peut pas être source de plaisir. On commence donc par désencombrer le tour de la baignoire de tous les jouets pour enfants. A la place de la grenouille qui nage toute seule, quelques bougies, car le néon de l’armoire à pharmacie ne facilite pas vraiment la détente. Une fois le tapis de bain étendu, on peut tourner les robinets.

2Choisir une huile, une boule, des sels, un sachet

Les substances que l’on ajoute à l’eau chaude existent sous des formes diverses. C’est avant tout une question de goûts. Des sachets contenant des herbes bienfaisantes pour les amatrices de thé et de tout ce qui est bio. Des sels de bain pour celles qui aiment les voir exposés toute l’année dans leur salle de bains et qui apprécient aussi leur diffusion lente. Les boules effervescentes pour les adeptes de bains ludiques aux multiples surprises et qui aiment entendre le «tchhhhhh» qui retentit quand l’eau se «gazéifie» petit à petit.
Ou l’huile de bain, plus traditionnelle, que l’on aime voir couler sirupeusement, teinter la porcelaine blanche avant de se transformer en une mousse aérienne. Si l’on désire maximiser les bienfaits de son bain et toucher aussi bien nos sens que nos voies respiratoires, nos muscles et notre système immunitaire, on optera pour des huiles essentielles. «Ce que je conseille en cette saison, c’est une huile essentielle de la famille des abiétacées, qui sont les arbres à aiguilles comme le pin, le sapin, le mélèze ou l’épicéa, explique Janine Pittet, praticienne de santé à Lausanne. Non seulement l’odeur rappelle la forêt ou Noël, mais en plus c’est un excellent antiviral. Contrairement à certaines autres, ces huiles ne sont pas agressives.» Certes, mais attention à les utiliser correctement. «On ne verse jamais des gouttes d’huile essentielle directement dans l’eau: elles pourraient brûler la peau, explique la Biennoise avant de donner une superastuce. Pour le bien de la peau, la meilleure chose est de diluer ces gouttes (environ 5 à 7) dans de la crème à café par exemple, pour le côté laiteux. Ou, soyons fous, dans de la crème de la Gruyère pour un bain lacté à la Cléopâtre. Comme ça, la peau aura un magnifique velouté.»

3S’immerger, fermer les yeux et respirer à fond

Une fois le mélange prêt, se glisser doucement dans la baignoire et se laisser envelopper. «Selon sa température, sa durée et les substances qu’on lui a ajoutées, le bain exerce une action stimulante et vitalisante ou relaxante et apaisante. Les fardeaux s’allègent, la paix et la détente s’installent», nous décrit avec perfection la marque suisse Weleda. «Le bain donne un vrai sentiment de retour aux sources, avoue Janine Pittet. Il a quelque chose de profondément utérin. C’est un des meilleurs moyens de se réchauffer rapidement, de réactiver la circulation, d’éviter un rhume, surtout s’il est accompagné d’une boisson chaude. On est souvent tendu musculairement et mentalement, et c’est ce stress qui fait baisser notre système immunitaire.»
La vapeur est aussi excellente pour dilater les pores et ouvrir les écailles des cheveux. On peut donc en profiter pour se poser un masque sur le visage et un autre sur la tête.

4Sortir lentement, s’envelopper et se reposer

Après vingt minutes d’immersion environ vient le moment de sortir de l’eau. Lentement, surtout si la température du bain était élevée. «L’idéal est de s’emmitoufler dans un peignoir ou un linge tout doux et d’aller se reposer et permettre au corps de se remettre, encourage Janine Pittet. Se précipiter au froid juste après serait criminel pour les bronches.» Mieux vaut aussi se rincer. «Certains bains moussants peuvent être assez décapants, sourit la praticienne de santé. Ma pharmacienne avait l’habitude de dire: «Ça nettoie le gamin et la baignoire avec!»
Thérèse Courvoisier

< Retour à la liste