< | >

Primes payées en trop: la résistance s’organise

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Tribune de Genève, tdg.ch
Mercredi, 30 janvier 2013

Les Grands Conseils vaudois, zurichois et tessinois exigent un remboursement

La colère ne retombe pas après la décision de la Commission de la santé du Conseil des Etats (CSSS-E) de classer le dossier des primes payées en trop par les assurés de plusieurs cantons. Au contraire: elle gagne en ampleur. Et la résistance, lancée sur les bords du Léman, s’organise désormais aussi bien à Zurich qu’au Tessin.
Les neuf groupes du Parlement zurichois ont ainsi déposé lundi un postulat demandant au gouvernement d’agir et d’étudier les mesures possibles. «Nous précisons qu’une des solutions serait de geler notre contribution à la péréquation intercantonale, précise Raphaël Golta, chef du groupe socialiste. Mais nous ne savons pas encore si c’est faisable.» Le Parlement discutera lundi prochain de l’urgence de cet objet. Selon Thomas Vogel, chef du groupe PLR, ce n’est toutefois qu’une formalité, le plénum étant largement acquis.
Le gouvernement zurichois aura ensuite quatre semaines pour répondre. La semaine dernière, Thomas Heiniger, ministre PLR en charge de la Santé, a exprimé son mécontentement dans la presse. Dans l’immédiat, précise son porte-parole, la priorité reste toutefois de trouver une solution à Berne. Rappelons en effet que le Conseil des Etats dans son ensemble ne s’est pas encore exprimé dans ce dossier.

Au Tessin, le Grand Conseil juge pour sa part tout à fait «compréhensibles» les mesures de rétorsion proposées dans les cantons. Dans une lettre ouverte adressée à Christine Egerszegi, la présidente de la CSSS-E, ils qualifient la décision de cette commission d’«incompréhensible, inacceptable et contraire à l’esprit de cohabitation fédérale». Elle serait perçue dans le canton comme un «vol légalisé», affirme encore le Parlement tessinois, avant d’appeler le plénum du Conseil des Etats à corriger le tir.
Les primes maladie payées en trop ont également occupé les discussions, hier, du Grand Conseil vaudois. Là, les députés ont voté à l’unanimité une résolution dans laquelle ils soutiennent leur Conseil d’Etat dans toutes les démarches qu’il entreprendra pour obtenir le remboursement des primes payées en trop. Contrairement à la motion votée par le Grand Conseil genevois, qui demande le gel du paiement de la contribution à la péréquation fédérale, ce texte ne donne toutefois aucune précision sur les mesures.
L’UDC estimait qu’un gel de la part vaudoise de la RPT constituerait un «chantage indigne» qui mettrait en péril le soutien de Berne à de grands projets vaudois. La formulation générale a donc permis de rallier tous les groupes au projet. Mais Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat vaudois, a assuré à la tribune que le gouvernement envisage «toutes les options, il n’y a pas de tabou».
Avant toute chose, les députés vaudois ont invité eux aussi le Conseil d’Etat à privilégier le dialogue. Et à rencontrer le conseiller fédéral Alain Berset et les présidents des commissions de la santé du Conseil des Etats et du National. 
Caroline Zuercher

< Retour à la liste