< | >

C’est ma thérapie

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Samedi, 26 avril 2014

Cathy Rotzetter s’apprête à prendre le départ de la grande  Patrouille des Glaciers pour sensibiliser  le public au cancer des enfants.
«Quand je pense à l’arrivée, à Verbier, je vois mes enfants, que je vais serrer dans mes bras. Ce sera une manière pour moi de clore le chapitre de la maladie et de mettre derrière moi ces années.» Vendredi prochain, à 21 h 45, Cathy Rotzetter va relever un défi sportif extrême, prendre part à la grande Patrouille des Glaciers avec ses deux coéquipières. Au-delà du dépassement de soi, la mère de famille s’aligne au départ de la course mythique afin de sensibiliser le public à une cause qui lui tient à cœur: le cancer des enfants.
Une cause qui éveille en elle des souvenirs douloureux: ses deux enfants, Marie et Philippe sont tombés successivement malades en 1994 et en 1996. Et quand elle évoque ces sombres années de traitements et d’allers-retours à l’hôpital et l’incertitude, la Fribourgeoise de 47 ans le fait toujours avec beaucoup d’émotion. «J’avais tellement peur qu’ils meurent. La nuit, je me réveillais cinquante fois pour m’assurer qu’ils respiraient toujours. Ces angoisses, on les traîne pendant longtemps. Et on les transmet.» Aujourd’hui, ses enfants ont vaincu la maladie et, à 20 et 22 ans, quittent le nid familial. Leur mère souligne à quel point elle est fière de sa fille et de son fils.

La montagne pour se ressourcer

Même si elle n’est plus présente dans les organismes, la maladie a laissé des traces. Le couple de Cathy a explosé. Et une fois ses enfants remis, la mère de famille s’est retrouvée avec plus rien à faire et trop de temps pour réfléchir. S’est ensuivi une dépression. «Il fallait que je trouve quelque chose pour me ressourcer, il y a huit ans. Un ami m’a conseillé de m’inscrire au Club Alpin, et c’est devenu une deuxième famille.» C’est à corps perdu que la Fribourgeoise se lance dans la montagne. «J’en avais besoin. Ça me prend beaucoup de temps, mais mes enfants ont été très compréhensifs.» Et alors que Cathy était novice, elle fait rapidement d’immenses progrès. Jusqu’à prendre part à la petite Patrouille des Glaciers en 2008 et 2010. «La deuxième fois, on est même arrivées sur le podium, on était tellement fières.»

Autocollants sur le sac

En 2012, elle se lance un nouveau défi: prendre le départ de la grande Patrouille, qui relie Zermatt à Verbier. Mais la météo avait forcé les organisateurs à interrompre la course. Cathy avait alors déjà avalé la moitié du parcours. «Ça m’a arraché le cœur.» C’est pour cela qu’il était important qu’elle soit de nouveau sur la ligne de départ, cette année.
Dans la montagne, la Fribourgeoise retrouve des valeurs qui la projettent dans le combat contre la maladie: dépassement de soi, confiance et soutien. «Je pense souvent à mes enfants et tous ceux qui ont dû passer par là. Ça me porte.» Pour l’enseignante, associer sa course à la sensibilisation au cancer des enfants était une évidence. Elle a ainsi orné son casque et son sac à dos d’un autocollant de l’ARFEC, l’Association romande des familles d’enfants atteints d’un cancer. «C’était un pilier financier et psychologique très important. Parfois je me demande comment j’aurais fait sans eux.» Elle espère qu’à travers sa performance et son histoire elle pourra mettre la lumière sur le congé parental. «Quand j’en parle autour de moi, les gens sont étonnés. Ils ne se rendent pas compte que pour une grippe ou un cancer, les parents ont droit au même congé, à savoir trois jours!» Elle espère interpeller le monde politique pour que les choses bougent. «Dans les pays voisins, les parents ont 6 ou 9 mois. Nos enfants sont-ils malades différemment?» En espérant que son appel soit entendu.  
sandra.imsand@lematin.ch     
Le site de Cathy Rotzetter: patrouille-arfec.ch    
SANDRA IMSAND

 

 

< Retour à la liste