< | >

Hommage au professeur Gilles Mentha

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

A la consternation générale et avec une immense tristesse, nous avons appris le décès brutal du professeur Gilles Mentha le 25 mai 2014. Chacun connaît les réalisations remarquables que Gilles Mentha a faites dans le domaine de la chirurgie et de la transplantation aux HUG, ses qualités professionnelles et humaines exceptionnelles qui ont largement dépassé nos frontières. Je souhaiterais ici lui rendre hommage et témoigner plus particulièrement de ce qu’il a apporté à la chirurgie pédiatrique, à la pédiatrie et de ce que je lui dois professionnellement.

J’ai connu Gilles Mentha il y a plus de 35 ans, j’étais cheffe de clinique en chirurgie pédiatrique à l’Hôpital des Enfants de Genève et Gilles commençait ses années d’assistant en chirurgie par une année dans notre Service. De cette époque est née une solide amitié et peut-être également l’amour de Gilles pour les enfants et pour cette chirurgie pédiatrique.

Des années plus tard, j’ai eu la chance d’être sollicitée par Gilles, avec toute une équipe de chirurgiens, pour participer à la création du Service de transplantation hépatique. En effet, dès le début, Gilles m’a associée au travail de laboratoire, puis à l’équipe de transplantation. Nous n’étions pas encore « patrons » dans nos services respectifs au début de la mise en route du programme aux HUG. Gilles avait alors déjà une solide formation dans le domaine de la chirurgie du foie, des voies biliaires et de la transplantation chez les adultes. En pédiatrie, cette chirurgie était plus rare et ma propre formation dans le domaine de la chirurgie hépatique plutôt lacunaire. Avec beaucoup de générosité, Gilles m’a enseigné ce qui me manquait pour accomplir cette chirurgie du foie et de la transplantation.

Après le début du programme de transplantation chez l’adulte et ses débuts chez l’enfant (sous l’égide du professeur A. Rohner), c’est avec Gilles que nous avons créé le programme de transplantation hépatique chez l’enfant et c’est encore avec lui que nous avons réalisé au moins les cinquante premières transplantations en pédiatrie. Comme Gilles le disait lui-même, c’est le travail de toute une équipe qui permet l’accomplissement de telles réalisations et cette équipe pédiatrique a été créée avec le professeur D. Belli. Mais Gilles a toujours été présent, enthousiaste, concerné par tout ce qui arrivait à nos petits patients.

Les enfants du Service de pédiatrie ont donc fait partie intégrante du programme pour adultes. Il n’y avait qu’un programme, qu’une liste d’attente, qu’une équipe chirurgicale commune adultes-enfants, et c’est ce qui a permis à Genève de se profiler progressivement comme centre de référence pédiatrique des pathologies du foie, des voies biliaires et de la transplantation hépatique pour toute la Suisse.

Ensemble avec Gilles Mentha, nous avons vécu des moments exaltants… et des moments dramatiques. Nous avons passé des nuits entières, des week-ends à opérer des enfants, petits et grands, pour leur donner une nouvelle vie. Nous avons veillé ensemble, lutté ensemble, ri et pleuré ensemble, car tout ne se passait pas toujours comme nous le souhaitions.

Gilles Mentha était disponible dès que l’on avait besoin de lui. Je ne compte pas le nombre de téléphones nocturnes, d’heures de discussions pour évaluer ce qui était raisonnable et ce qui ne l’était pas et tout cela dans une confiance réciproque absolue. Ses compétences dans le domaine de la chirurgie du foie étaient immenses et les dossiers compliqués des enfants présentant un problème hépatique, venant de toute la Suisse, étaient discutés et souvent traités et opérés avec lui. Parfois, nous avons pu éviter à un enfant une greffe de foie, grâce à son expertise et son courage. De très nombreux enfants lui doivent la vie.

En plus de ses qualités de chirurgien, de scientifique, Gilles Mentha a toujours fait preuve d’une immense humanité, d’empathie à l’égard de tous et de gentillesse. Il prenait plaisir à venir saluer et discuter avec «nos» enfants, à les retrouver lors de certaines réunions ou manifestations. Le 28 juin de cette année, Gilles devait monter à vélo au Salève avec un jeune homme de 18 ans, que nous avions transplanté ensemble à l’âge de 18 mois, et qui a décidé de faire le tour de Suisse à vélo avec son père, pour promouvoir le don d’organes.

Nous perdons un ami cher, un très grand chirurgien, un homme intègre, rigoureux, méticuleux, un scientifique de haut niveau, une personnalité forte, mais humble, aux qualités professionnelles exceptionnelles, qui a réussi à rester à l’écoute de tous d’une manière proche et toujours chaleureuse.

Mes pensées émues vont à sa famille, ses enfants, ses amis, ses collègues, son équipe aux HUG, mais également à ses nombreux patients. Il laisse beaucoup d’orphelins. Nous allons devoir nous habituer à vivre sans la présence de Gilles Mentha, cela sera chose difficile.
Professeure Claude Le Coultre
Ancienne cheffe du service de
chirurgie pédiatrique des HUG