< | >

La moitié des Genevois souffre du bruit

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 28 avril 2015

Le trafic, les chantiers et le tapage nocturne sont les nuisances les plus dérangeantes. Les habitants du centre sont plus touchés

Les Genevois souffrent du bruit. Et la situation ne s’améliore guère. C’est ce que montre un sondage réalisé par l’Etat de Genève et rendu public hier. 43% des personnes interrogées disent avoir souffert des nuisances sonores en 2014. C’est un tout petit peu moins que deux ans auparavant. Les habitants en Ville de Genève sont plus nombreux à s’en plaindre (52%) que ceux de l’agglomération (40%) ou du reste du canton (30%).
Les personnes fulminent surtout contre la circulation et les chantiers. Ces sources sont mentionnées plus souvent que lors du précédent sondage. Ils se plaignent aussi du tapage, mais à des degrés divers. Si celui en provenance des voisins est en baisse, celui qui émane des rassemblements dans la rue est en hausse. En clair, les terrasses des cafés et les discos font souffrir les citadins.
C’est pour cette raison qu’une campagne nationale de sensibilisation est lancée dès demain, en collaboration avec GastroSuisse, l’association faîtière des restaurants.

Hypertension

Car le bruit, précise l’Etat dans son communiqué, affecte directement la santé. «Les nuisances sonores, notamment nocturnes, ne sont pas une simple gêne. Elles peuvent affecter la santé des riverains en agissant surtout sur les maladies cardiaques et les affections liées à l’hypertension.»
L’Etat tente de réduire le bruit routier en posant notamment du revêtement phonoabsorbant. Des recommandations sont faites aux entreprises pour diminuer le bruit des chantiers. Quant au tapage nocturne, l’Etat fournit des conseils, via des brochures, pour résoudre les conflits. A consulter sur www.ge.ch/bruit .
Christian Bernet

< Retour à la liste