< | >

A l’Hôpital, les visiteurs porteront un masque

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 26 janvier 2016

Les HUG se préparent à l’arrivée de la grippe, avec un personnel pour l’instant moins bien vacciné que l’an dernier

L’épidémie de grippe, qui a franchi les portes de la Suisse au début du mois de janvier, s’approche de Genève. A l’Hôpital, le dispositif de protection habituel a été déployé. Il est renforcé cette année par deux nouveautés. Les visiteurs sont priés de porter un masque (qui leur sera fourni) dans les services de soins afin de protéger les patients. Par ailleurs, trois infirmiers joueront le rôle d’auditeurs en sillonnant l’institution pour s’assurer du respect des mesures prévues.
Depuis plusieurs années, à l’approche de la grippe, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) prennent une série de mesures. Des stands et des affiches rappellent les différentes mesures d’hygiène à respecter. Le personnel est prié de porter un autocollant signalant qu’il est vacciné. Si ce n’est pas le cas, il doit porter un masque dans les unités de soins durant toute l’épidémie.
«Tout ceci est facile à dire, mais moins facile à faire de manière uniforme dans une institution de près de 11 000 employés», relève le professeur Didier Pittet, responsable du Service de prévention et de contrôle de l’infection des HUG. La stratégie est d’autant plus délicate à appliquer que l’hiver dernier, le vaccin s’est révélé peu efficace contre la maladie, le virus ayant muté en cours d’année. Confrontés à une épidémie importante, les HUG avaient rendu le masque obligatoire pour tous les collaborateurs (vaccinés ou non) pendant environ deux mois.
Cela a peut-être dissuadé certains de se faire piquer cette saison. Hier, les HUG indiquaient un taux de vaccination du personnel de 36% (contre 40% en 2014-2015); 63% des médecins et 37% des infirmières ont franchi le pas (contre 65% et 41% l’an dernier). A noter, toutefois, que ces taux placent les HUG en tête de la vaccination du personnel des hôpitaux en Suisse.
Les HUG se distinguent par une politique active en matière de lutte contre la grippe, qui consiste à documenter précisément l’épidémie pour mieux la combattre. L’hiver dernier, 478 cas de grippe ont été recensés – dont 35% contractés au sein de l’institution – et 45 personnes sont mortes. En 2012-2013, 13 personnes avaient succombé, sur un total de 285 cas, dont 100 attrapés à l’hôpital, indique la Dre Anne Iten, du Service de prévention et de contrôle de l’infection. Cette nette augmentation s’explique par des enquêtes toujours plus méticuleuses et par la virulence des virus circulant l’an dernier.
Sophie Davaris

< Retour à la liste