< | >

Une initiative rallume la guerre des hôpitaux

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Jeudi, 17 mars 2016

Alors que le Conseil d’Etat s’apprête à présenter son plan, un groupe veut sauver le site de  La Chaux-de-Fonds

Un comité des Montagnes neuchâteloises lancera demain une initiative visant à casser la structure de l’Hôpital neuchâtelois (HNE) et à rendre leur indépendance aux deux établissements de soins aigus de Pourtalès (Neuchâtel) et de La Chaux-de-Fonds. «On voit que le premier a peu à peu absorbé les activités du second», explique le député popiste Théo Bregnard pour justifier la démarche des initiants. Les deux hôpitaux seraient dotés chacun d’une direction autonome, ils auraient des missions de soins aigus, alors que certaines spécialités de pointe seraient réparties entre les deux sites.
Le Chaux-de-Fonnier se défend de mener un combat d’arrière-garde, dans un canton étranglé par les déficits: «Les cantons voisins montrent que le modèle des hôpitaux régionaux peut fonctionner, regardez les Etablissements hospitaliers du Nord vaudois, à Yverdon, ou l’Hôpital du Jura bernois, à Moutier et Saint-Imier.» Le président de La Chaux-de-Fonds, Théo Hugenin-Elie, abonde: «D’un côté, on a l’Hôpital du Jura bernois, qui se développe, qui dégage un bénéfice et qui ne reçoit pas un sou des pouvoirs publics, de l’autre il y a l’HNE, qui perd des patients, peine à recruter et survit sous perfusion, avec une subvention cantonale de 70 millions par an.»
Dans un canton marqué par une rivalité ancestrale entre le Haut et le Bas, cette nouvelle péripétie n’est pas forcément bien accueillie. Le député de Neuchâtel Philippe Haeberli (PLR), chef du Service de la santé et de l’action sociale, parle dans L’Express/L’Impartial d’une «provocation contre les personnes qui essaient de trouver la moins mauvaise solution pour notre canton». Devant le Grand Conseil, le conseiller d’Etat en charge de la Santé, Laurent Kurth, a déploré que soit entretenu «un climat stérile et délétère qui nuit à la crédibilité de l’HNE». Visiblement, le magistrat, qui a longuement présidé le chef-lieu des Montagnes, a gardé des oreilles bien aiguisées dans la place.

Contexte tendu

C’est que l’initiative s’inscrit dans un contexte tendu et complexe. A mi-avril en effet, Laurent Kurth présentera sa nouvelle organisation hospitalière, qui prévoirait de regrouper les soins aigus à Pourtalès ou dans un nouvel établissement. Quant à l’Hôpital de La Chaux-de-Fonds, il serait transformé en un supercentre de traitement et de réadaptation cantonal (CTR), flanqué d’une polyclinique pour les urgences. Un message qui, s’il est confirmé, sera difficile à faire passer par celui qui a bloqué, dès son arrivée au gouvernement, le projet de rénovation du site chaux-de-fonnier.

Le peuple votera

En outre, une initiative lancée par les mêmes milieux et demandant à rouvrir la maternité de La Chaux-de-Fonds a déjà abouti et devra bien être soumise au peuple. Sur le long terme, Philippe Haeberli reste serein: «Certes, ce nouveau texte survient à un mauvais moment, alors que le Conseil d’Etat réfléchit, en concertation avec les milieux intéressés, à la réorganisation du secteur hospitalier. L’action de quelques jusqu’au-boutistes va retarder les réformes.»
Le chef du Service de la santé et de l’action sociale souligne aussi que les associations cantonales de médecins se sont prononcées en faveur d’un site unique de soins aigus. «La pratique de la médecine à un certain niveau exige un nombre minimum de cas qu’il n’est pas toujours évident d’atteindre sur l’ensemble de l’HNE. En dessous, nous ne sommes plus attractifs, notamment pour attirer des jeunes médecins en formation. A La Chaux-de-Fonds, les urgences de nuit traitent un patient par semaine, imaginez l’intérêt pour le médecin de garde!»
Laurent Aubert

 

< Retour à la liste