«Safety first», le mot d’ordre en salle d’opération

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Un communiqué de la FMH

L’erreur est humaine – y compris en salle d’opération. Pour éviter autant que possible les erreurs, la fondation Sécurité des patients Suisse a mis au point la charte «Déclaration La sécurité en chirurgie», qui vise le recours systématique à la check-list chirurgicale afin d’identifier à temps les erreurs et de les éviter. La FMH se prononce clairement en faveur de cette charte et recommande l’utilisation de la check-list pour tous les hôpitaux et cliniques chirurgicales.

Les patients doivent pouvoir compter sur un traitement médical optimal. Assurer la qualité des soins médicaux fait donc partie des missions clés du corps médical, y compris lors d’interventions chirurgicales. Comme des événements indésirables, tels que les erreurs ou les infections, sont possibles en salle d’opération, même avec l’équipe la mieux formée et la plus expérimentée, une préparation minutieuse ainsi qu’une prise en charge périopératoire optimale, la fondation Sécurité des patients Suisse a élaboré une check-list chirurgicale mise au point dans le cadre d’un projet-pilote en collaboration avec la Société suisse de chirurgie et dix hôpitaux suisses. Basée sur le modèle de l’OMS et spécialement adaptée pour la Suisse, la check-list vise à éviter les erreurs ou à les identifier à temps afin d’améliorer la sécurité des patients. De nombreux hôpitaux l’ont d’ores et déjà adoptée au quotidien. Pour qu’elle devienne la norme dans toutes les salles d’opération du pays, la FMH, les sociétés de discipline médicale et d’autres organisations de santé se sont prononcées en faveur de la charte «Déclaration La sécurité en chirurgie». La FMH recommande aux organisations médicales concernées d’utiliser la check-list et d’y associer également tous les groupes professionnels impliqués.

La FMH s’investit depuis longtemps pour la sécurité des patients et a clairement manifesté son engagement en créant l’Académie suisse pour la qualité en médecine (ASQM). Elle est également un des membres fondateurs de la fondation Sécurité des patients Suisse, et à ce titre, elle l’a d’emblée appuyée et encouragée. Enfin, la FMH est représentée dans plusieurs de ses commissions et soutient de nombreux projets visant à améliorer la qualité des soins.

Secret médical et sphère privée: le droit du pauvre est-il un mot creux?

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Le Courrier, lecourrier.chMardi, 22 mars 2016

Alors que la levée du secret médical en milieu carcéral a été votée – de justesse – par le Grand Conseil genevois, Olivier Peter relève que les attaques portées contre la sphère privée visent «avant tout les plus démunis».

(suite…)

Médecins en souffrance

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 22 mars 2016

Journées sans fin, manque de reconnaissance et frustrations composent un cocktail explosif

(suite…)

Isabelle Moret sera la voix des hôpitaux

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 22 mars 2016

La libérale-radicale vaudoise va prendre la présidence de H+, l’association faîtière des hôpitaux suisses

(suite…)

«Les médecins ont prescrit trop d’antibiotiques»

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 22 mars 2016

L’infectiologue Jean-Philippe Chave explique pourquoi il est urgent de réagir face au développement de résistances

(suite…)

Face-à-face

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Mardi, 22 mars 2016

Faut-il une assurance publique pour les soins dentaires ?
(suite…)

«Dans ce monde, un médecin de campagne est un trésor»

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Dimanche, 20 mars 2016

François Cluzet est parfait en médecin qui sillonne un coin de France pour soulager les maux de ses patients. Un rôle humain comme il les aime et qui, confie-t-il, l’a fait changer. Rencontre.

(suite…)