< | >

Interne et chef de clinique aux HUG : enfer ou paradis ?

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Si les conditions de travail sont mauvaises, c’est parce que la loi sur le travail (LTr) n’est pas adaptée aux hôpitaux. Ce refrain est parfois érigé comme une vérité, mais qu’en estil vraiment ? S’il est vrai que la LTr peut occasionnellement se révéler problématique dans le milieu médical, il est difficile de l’accuser des mauvaises conditions de travail sachant qu’elle est encore loin d’être respectée aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) : lissage du temps de travail sur deux semaines, horaires de nuit de plus de 14 heures, inadéquation entre les heures planifiées et les heures enregistrées dans le système de rémunération, etc… L’AMIG n’est pas la seule à le relever puisque l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCIRT), lors de son inspection des HUG en juin 2015, a également constaté de nombreuses infractions et enjoint les HUG à les corriger.

Si nous rejoignons le constat que les conditions de travail aux HUG peuvent être améliorées, notre interprétation quant aux causes diffère : le manque de considération des médecins, la difficulté de concilier vie privée et vie professionnelle et une formation de qualité aléatoire et parfois insuffisante sont à nos yeux les principaux responsables et les sujets sur lesquels il serait important de se pencher.

La considération et la reconnaissance du travail fourni sont des conditions nécessaires pour la motivation des collaborateurs et leur sentiment d’appartenance à l’institution. Malheureusement, trop de médecins ont encore le sentiment d’être utilisés et déplacés comme des pions sur un jeu d’échec, n’étant que spectateurs de leur formation et de leur travail. Ce constat a aussi été souligné par les enquêtes de satisfaction réalisées par les HUG. Il nous semble important de remettre le médecin au centre, pour qu’il puisse se projeter dans son avenir, planifier sa formation et sa carrière. Finalement, la reconnaissance du travail fourni passe également par la valorisation du temps passé dans l’institution (heures effectuées, service de piquet, travail de nuit et de week-end, annuités).

Si la médecine reste un métier passionnant et ambitieux, le schéma du médecin travaillant sans compter, marié à son travail et son institution, est dépassé. Dans un contexte de féminisation de la profession (plus d’un diplômé sur deux est une femme), mais également de changement des aspirations des médecins pour qui la vie personnelle prend une place plus importante, il est essentiel de développer un accès aux temps partiels. Chaque année, des médecins changent d’orientation professionnelle en raison de l’impossibilité de moduler leur temps de travail et de la difficulté inhérente à concilier vie privée et vie professionnelle. Si certains chefs de service ont compris la nécessité et les avantages qu’offre de tels horaires, que ce soit pour la gestion des équipes ou pour la satisfaction des collaborateurs, ils sont encore trop nombreux à être opposés à l’idée d’un travail à pourcentage réduit, mettant en doute la qualité de la formation et la qualité des soins. Il nous semble que l’institution devrait mettre en place une politique active d’encouragement à de tels postes et accompagner les chefs de service dans cette direction. Le virage est amorcé et cette transition ne sera que plus simple si elle se fait main dans la main, en partenariat avec tous les acteurs.

La formation, ou plutôt sa qualité, est également une des raisons pouvant expliquer la déception des jeunes médecins. Se reposant sur l’idée que le milieu universitaire offre une casuistique fantastique, certaines personnes ont tendance à confondre exposition clinique et formation clinique. Le manque de supervision, d’encadrement et de plan de formation aboutit encore trop souvent à une prolongation de l’internat, à des parcours de formation morcelés et à une frustration inhérente à ces incertitudes. Outre une mission de soin et de recherche, il est important de rappeler que les HUG ont également une mission de formation et sont, avec le CHUV, une étape obligatoire pour la quasi-totalité des formations de spécialistes de l’ISFM (Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue). Un encadrement et un soutien aux chefs de service par la direction des HUG concernant les plans de formation des médecins et leur suivi, mais également la création de liens plus étroits entre les HUG, le CHUV et les autres hôpitaux romands pourraient constituer des avancées pour la formation des médecins.

Après des années d’immobilisme, l’espoir d’un renouveau semble maintenant possible. En trois ans, l’équipe de direction des HUG a considérablement changé: nouveau directeur général, nouveau directeur médical, nouvelle directrice des ressources humaines, et un vent nouveau semble souffler. Le récent rapport de l’OCIRT a fait resurgir des problématiques qui avaient été oubliées ces dernières années et a permis de donner un coup de pouce et une visibilité aux problèmes des médecins. Des groupes de travail ont été mis en place et l’AMIG intégrée aux discussions. Les discours sont prometteurs et nous espérons qu’ils se concrétiseront rapidement en action. Le temps le dira. Mais les HUG doivent réagir et vite. Ils ne peuvent se permettre d’attendre ni se reposer sur leurs lauriers s’ils veulent garder les médecins formés en leur sein, ou attirer la relève de demain. Car la concurrence devient de plus en plus dure… et le chant des sirènes de plus en plus doux !
Christophe Fehlmann et Yan Beauverd
Président et Vice-président de l’AMIG
Association des médecins d’institutions de Genève