< | >

Des assureurs au sommet de l’Olympe (édito de la Lettre de l’AMG de mars 2017)

L’intégralité de la Lettre de l’AMG N° 2 de mars 2017 est disponible sur le site au format PDF

Le Graal du lobby des assureurs à Berne
En cette année 2017, les assureurs ont obtenu le Graal: ils contrôlent tous les postes les plus déterminants du parlement fédéral. M. Jürg Stahl, UDC, membre de la direction du Groupe Mutuel, est devenu président du Conseil national et de fait premier citoyen du pays. M. Ivo Bischofberger, PDC, consultant pour le Groupe Mutuel, dirige le Conseil des Etats. M. Ignazio Cassis, président du Conseil de direction de Curafutura, président du groupe parlementaire PLR et président de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national, est à la tête de l’un des deux partis majoritaires. Enfin, son pendant UDC, de cette année: M. Heinz Brand, président du Conseil d’administration de Santésuisse et Tarifsuisse, est la tête pensante en matière de santé à l’UDC. Au poker, ce serait la quinte flush royale. Le lobby des assureurs a gagné son pari: tout influencer et contrôler.

La Suisse est une démocratie directe
Reste que notre pays possède heureusement un avantage immense: la démocratie directe. Le peuple souverain peut donner son avis et proposer des réformes lorsqu’il estime qu’elles sont indispensables. Le moment de lancer une initiative populaire pour un parlement indépendant des caisses maladie est arrivé. Il est temps de mettre un terme au lien incestueux entre les assureurs et les parlementaires et à une certaine forme d’arrogance. Le contrôle du financement de la santé ne peut être dans les mains de quelques personnes soutenues financièrement pour geler toute volonté de réformes et dont le but ultime est d’offrir aux assureurs sur un plateau la mainmise sur le système de la santé. Nous participerons à la récolte de signatures et soutiendrons activement cette initiative populaire au motif que ce qui est l’évidence pour La Poste, Swisscom ou les CFF devrait l’être pour les assureurs maladie. Ni lien ni rémunération ne doivent être acceptés.

Une étude détonante
Dans une période où les partenaires tarifaires essaient de trouver un accord pour une révision acceptable du tarif médical, le cabinet Ernst & Young a publié une étude alarmiste concluant au doublement des primes maladie à l’horizon 2030. Les prévisions : une augmentation des coûts de la santé de plus de 60%, soit 116 milliards, c’est-à-dire 11% du revenu des ménages (6% en 2014). Insoutenable! Et miracle, la société de conseil pense que ce sont les assureurs qui pourront freiner la hausse des coûts. Toute alerte, toute mauvaise nouvelle est bien sûr télécommandée. Elle n’a d’autre intérêt que d’influer les tarifs de demain. Or, il sied de souligner que cette augmentation correspond exactement à la hausse subie au cours des dix dernières années sans aucune réaction des parlementaires à Berne. Laisser aller, ne pas contrôler et aboutir au chaos est une tactique efficace pour démontrer que seules les caisses maladie seront à même de contrôler les coûts. Avec une telle stratégie, les assureurs sont certains d’atteindre leur rêve suprême, à savoir la fin du libre choix du médecin. Les assureurs auront ainsi la mainmise sur la santé des citoyens.

Etre proactifs
Les médecins et leurs associations se doivent d’être actifs dans la défense des intérêts de leurs bases dans une période où il existe la volonté de la fin du libre choix du médecin et du libre choix du traitement, de l’absence de réelle prise en compte de la formation médicale et chirurgicale, d’attaques sur les tarifs et les accords passés et le détournement de la notion centrale de la qualité au profit des assureurs. La qualité doit être déterminée sur des bases scientifiques et non pas seulement économiques. Nous devons faire entendre notre voix et ne pas hésiter à lancer des initiatives populaires ou des référendums lorsque le parlement cherche à imposer par des textes de loi inacceptables les seuls désirs des assureurs maladie.

Toujours pas de transparence
A ce jour, il n’existe toujours pas de séparation entre l’assurance maladie de base sociale non lucrative et les assurances complémentaires commerciales. Qui à Berne pourrait avoir un quelconque intérêt à changer les choses ? Certainement pas les parlementaires ayant des liens étroits avec les assureurs maladie. Les règles qui s’appliquent pour les régies publiques fédérales devraient impérativement prévaloir pour les assureurs maladie de base tant le poids financier devient lourd pour les ménages. Il ne faut pas oublier que les primes d’assurances maladie n’entrent pas dans le calcul du coût de la vie, donc n’ont pas d’influence sur les augmentations éventuelles de salaire.

Des caisses maladie qui vous «like»
Les assureurs maladie sont là pour vous et votre bien. C’est exactement les paroles de Pascal Couchepin, ancien conseiller fédéral, qui affirmait qu’ils ont pour fonction «de défendre les assurés». On en aurait presque la larme à l’œil. Demain, vous mangerez, bougerez, dormirez selon des normes établies par le Big Data et relayées par les assureurs maladie. Ils sont là pour vous, si si. Mais de prévention que nenni, car qui aurait un quelconque intérêt à aller dans le sens d’un réel programme de santé basé sur la prévention et la promotion de la santé. Personne. Surtout pas les assureurs maladie dans la mesure où le citoyen peut changer chaque année de caisse maladie. Il y est encouragé publiquement par les politiciens et même par le directeur de l’Office fédéral de la santé publique, M. Pascal Strupler.

Savoir dire stop et reprendre la main
On l’aura bien compris, il est temps de lutter par la voie la plus simple et la plus directe, la démocratie. La population doit faire des choix, en toute connaissance de cause et dans la transparence la plus totale. Les assureurs maladie ne doivent pas pouvoir utiliser l’argent des citoyens pour les campagnes à venir. Au fait, nous allons à Genève recevoir la dernière tranche des réserves payées en trop. Nous n’aurons jamais perçu la totalité de ce que chacun a payé. Un vol impuni. Mais qui cela intéresse-t-il vraiment à Berne? Hélas, trop peu de parlementaires. Il serait temps que le peuple reprenne les clés du parlement et mette fin au lobby des assureurs.

Michel Matter