< | >

Alain Berset était attendupar des assurés fâchés

Jeudi, 11 janvier 2018

Une quarantaine de personnes, remontées contre les augmentations des primes maladie, attendaient hier soir Alain Berset, invité à la RTS 
 Les manifestants attendaient le conseiller fédéral devant l’entrée de la RTS, mais Alain Berset est passé par une porte dérobée.
«Nous voulons montrer à Monsieur Berset que nous sommes bien là, déclare Stéphane Conus. Et que nous allons continuer à nous mobiliser contre l’augmentation incessante des primes.»
Comme lui, une quarantaine de membres du récent groupe Facebook «Lutte contre les augmentations de primes d’assurance maladie» se sont réunis mercredi soir devant la RTS pour manifester leur colère au ministre de la Santé, Alain Berset, invité sur le plateau de l’émission Infrarouge.
«Notre porte-parole, Joëlle Combremont, elle aussi conviée à cet événement par la RTS, aura ainsi l’occasion de lui poser les questions qui fâchent», poursuit Stéphane Conus. Pour rappel, cette mère de famille et l’une de ses amies, Patrizia Léoz, sont à l’origine du groupe Facebook, créé l’été dernier, et d’une manifestation citoyenne qui a fait descendre 500 personnes dans la rue, le 18 novembre. Sous les slogans rassembleurs «je trime pour mes primes» ou «assureur engraissé, c’est pas bon pour ta santé».
«Preuve s’il en est que ce problème touche tout le monde, note Stéphane Conus. Notre groupe Facebook compte 12 000 personnes; nous étions 6000 avant cette manifestation.»
Des citoyens lambda se demandaient à nouveau, mercredi soir devant la tour de la RTS, combien de temps cette hausse incessante des primes allait encore durer: «C’est encore et toujours la colère qui nous réunit aujourd’hui!»
Rappelons qu’en 1996, un assuré payait en moyenne 173 francs de prime et que ce prix a triplé depuis lors… À l’image d’une retraitée qui s’est jointe au rassemblement, les manifestants s’offusquent aussi de l’opacité financière qui règne dans le domaine des caisses maladie. Les deux initiatrices du groupe Facebook sont favorables à une caisse maladie unique, sociale et publique. Elles regrettent que les précédentes initiatives dans ce sens aient échoué. Ce duo déterminé revendique aussi un parlement indépendant des assureurs.
Lauence Bézaguet

 

< Retour à la liste