< | >

Junk food et grossesse: danger pour les enfants

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

  Mardi 5 Juin, 2018

Des gâteaux ou des snacks à profusion pendant la grossesse n’engendrent pas qu’une potentielle prise de poids excessive de la future maman. La consommation de junk food peut avoir un effet à long terme sur leur enfant, a révélé hier une étude conjointe de l’Université et des Hôpitaux de Genève (HUG) ainsi que de l’University College, à Londres. Une fois adolescent, il a jusqu’à deux fois plus de risques que les autres d’être obèse.
Menée sur 11 132 femmes, l’enquête montre que plus du tiers d’entre elles perdent le contrôle de leur alimentation. Le problème n’est pas que quantitatif: il est aussi qualitatif. «La junk food est pauvre en vitamines ou en micronutriments indispensables au bon développement du fœtus», précise la professeure Nadia Micali, qui a dirigé les recherches. Ces carences pourraient prédisposer le bébé à l’obésité, une fois l’adolescence atteinte. Le phénomène concerne toutes les femmes, quels que soient leur origine sociale, leur âge ou le nombre de grossesses déjà effectuées.
Haut cadre des HUG, Nadia Micali juge ces résultats «inquiétants. Il faut davantage insister sur la qualité de la nourriture auprès des futures mères.» À l’aune de ce travail scientifique, Liza Henin, sage-femme au Conseil en périnatalité du canton de Vaud, plaide pour un coaching des femmes enceintes plus important et plus précoce auprès de diététiciens: «Il ne faut pas manger pour deux, mais manger deux fois mieux.»

David Ramseyer

< Retour à la liste