Recherche place de stage après formation de secrétaire médicale

Après avoir terminé ma formation de secrétaire médicale je suis à la recherche d’une place de stage pour pouvoir acquérir de l’expérience dans la pratique. J’ai 6 ans d’expérience comme secrétaire-réceptionniste et 3 ans comme d’auxiliaire de santé. Je suis disponible à 100%

Contacter :
– par téléphone :  078.636.03.37
– par courriel  :  patriciacatalino22@hotmail.com

Recherche psychologues pour psychothérapie déléguée à vésenaz

Recherche psychologue d’enfants et d’adolescents pour psychothérapie déléguée d’enfants, d’adolescents et d’adultes.

Contacter :
– par téléphone :  076.36.057.48
– par courriel  : amir.moayedoddin@gmail.com

AMGe et imad: le patient au centre (édito de La Lettre de l’AMGe de juin 2018)

Le patient au centre

Dans la présentation de sa stratégie 2018/2022, appelée cap’139, l’imad (Institution genevoise de maintien à domicile) place en préambule que « le monde de la santé est fortement sujet à des tendances qui impactent durablement le futur des soins et du maintien à domicile ». Chaque acteur de la santé s’accorde à dire que les besoins en soins vont irrémédiablement s’accroître, que le vieillissement de la population et la complexification des soins doivent amener rapidement à une coordination améliorée de ceux-ci afin de répondre au mieux à une population âgée et dépendante. Cela implique tous les professionnels dans la recherche d’une véritable interprofessionnalité où les compétences et les responsabilités de chaque soignant ou aidant doivent être clairement définies et respectées. C’est dans ce sens que l’AMGe a décidé de renforcer son partenariat avec l’imad. L’objectif de ce rapprochement est de pouvoir offrir une continuité et une efficience de la prise en charge centrée sur le patient. Le cœur du système doit être le patient, c’est-à-dire l’humain. Toute réflexion et toute stratégie nouvelle doivent se faire à partir du patient. Ce partenariat privilégié doit servir de plateforme à un nouveau modèle d’organisation des soins englobant les autres partenaires afin de créer des équipes interprofessionnelles dédiées au patient.

Le médecin de famille en expert du long terme

«Bien plus que de s’occuper d’un problème de santé à un moment donné, le médecin de famille devient un expert du long terme, des cycles de vie et des transitions». Cette définition pleine de bon sens est parue dans l’éditorial de la Revue médicale suisse du 9 mai dernier. Cela entraîne de fait une capacité d’adaptation importante face aux nouveaux défis sociétaux dont le premier est le déclin fonctionnel de la personne âgée là où la complexité des soins devient une réalité et les phases de ruptures nombreuses. Comment arriver à maintenir le patient à domicile, comment évoluer dans une période qui voit une accélération du virage ambulatoire, comment travailler avec les autres professionnels et surtout comment pouvoir consacrer du temps à la coordination des soins ? L’allongement de l’espérance de vie, les besoins accrus de la population vieillissante et la place des proches aidants vont modifier la médecine de demain. Mais pour autant que les moyens financiers nécessaires lui soient attribués, ce qui manque cruellement actuellement.

Communiquer efficacement

A l’heure où Mon dossier médical est englué en pleine phase de développement, où le carnet vert du patient reste un élément central de sa prise en charge alors même que la confidentialité des données y est inexistante, c’est la volonté affichée par l’imad et l’AMGe de développer des moyens numériques simples de communication directe et sécurisée qui permettront la mise en commun rapide des informations relatives au patient, menant à son mieux-être. Cette volonté de rendre le système plus efficace et efficient est déterminante. Le numérique va entrer de plus en plus dans le domicile des patients, les données le concernant seront nombreuses et le partage des informations sera crucial dans la coordination facilitée des soins. Ces objets connectés devront apporter une plus-value dans la prise en charge en évitant d’être de simples gadgets dans la surveillance du patient et dans l’interaction à distance avec lui.

Tirer à la même corde

Plusieurs groupes de réflexion travaillent actuellement à Genève pour améliorer le quotidien des patients âgés et/ou dépendants (Groupe Urgences gériatriques, Groupe Alzheimer, Groupe de développement d’outils connectés installés au domicile du patient, …). Je tiens à remercier les Drs I. Bonada, D. Châtelain, J. Karsegard, N. Perone et Ph. Vandeplas pour le temps et l’énergie dont ils font preuve dans ces différents groupes de travail et leur volonté sans relâche d’œuvrer à améliorer la qualité de vie des patients en partenariat avec l’imad, les HUG et le Département de la santé.

Des moyens financiers

Rien ne pourra se faire sans argent. Les investissements d’aujourd’hui seront les garants d’une médecine de qualité et d’une prise en charge multidisciplinaire optimale. C’est aussi à la relève qu’il faut penser car c’est elle qui aura demain les clés de la santé. Cela signifie d’organiser une formation pré-graduée, post-graduée et continue dirigée vers ces nouveaux modèles de soins qui doivent et devront être soutenus politiquement et financièrement. Il est tellement vrai que les vents sont parfois contraires et deux exemples tout récents nous le rappellent: la limitation à trente minutes de coordination des soins par trimestre par patient dans le Tarmed de M. Berset et le fait que  la LAMal accorde dix minutes pour remplir un pilulier. Sachant que dès 3 substances, il peut y avoir des effets indésirables, et que nos clients en prennent en moyenne 8,5, il faut avoir le temps de leur parler… L’échange passe à la trappe, c’est une souffrance pour notre personnel.», comme le rappelle à juste titre Mme Marie Da Roxa, Directrice générale de l’imad.

Dr Michel Matter

PETITE RÉVOLUTION CONTRE LA MIGRAINE

Vendredi 8 Juin, 2018

Un traitement novateur produit par Novartis vient d’être approuvé aux États-Unis. A priori efficace, mais fort coûteux, il devrait également arriver en Suisse d’ici peu.

(suite…)

Ils déplorent un manque d’effectifs dans leur EMS

  Vendredi 8 Juin, 2018

Quelque 40 employés se sont rassemblés jeudi devant la Maison de retraite du Petit-Saconnex.

(suite…)