< | >

Une firme vaudoise au secours de milliers de femmes

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

  Jeudi 28 Juin, 2018

Ferring, en coopération avec l’OMS, remporte un tout grand succès pharmacologique.

Événement réjouissant dans la pharma! Domicilié dans le canton de Vaud, Ferring International Center SA vient de démontrer l’efficacité de son arme contre l’hémorragie post-partum: la carbétocine thermostable. Cette petite merveille n’est pas la première du genre, certes, mais le modèle de Saint-Prex permettrait de sauver des milliers de femmes dans les contrées les plus démunies.
Le succès d’un grand essai clinique, effectué par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), est aujourd’hui confirmé dans la revue de référence «New England Journal of Medicine». Environ 30 000 femmes, réparties dans une dizaine de pays, y ont participé. Il en ressort que la carbétocine thermostable de Ferring s’avère aussi efficace que les modes de prévention connus à ce jour contre l’hémorragie post-partum. Mais avec un atout décisif supplémentaire.
Contrairement aux médications encore usuelles, l’œuvre de Ferring ne nécessite pas de réfrigération. Du coup, tous les soucis de chaîne du froid dans le transport et le stockage disparaissent. La carbétocine thermostable pourrait dès lors sauver des milliers de femmes dans les pays où se concentrent 99% des décès liés à l’hémorragie post-partum, sur 70 000 dans le monde chaque année.
Ferring se charge maintenant de faire homologuer la carbétocine thermostable, avant de pouvoir commencer sa production. L’objectif est de la rendre «disponible, à un prix abordable et durable, dans les pays à revenus faibles et moyens ayant un taux élevé de mortalité maternelle».
Ferring International Center SA emploie 700 personnes à Saint-Prex, sur 6500 à travers le monde. Son chiffre d’affaires a atteint 2,3 milliards de francs l’an dernier, contre 2,15 milliards en 2016. La société appartient encore entièrement à Frederik Paulsen, le fils du fondateur de cette entreprise. Ferring a vu le jour en 1950 à Malmö, en Suède. À ce jour, le groupe exploite des filiales dans une soixantaine de pays.
Son ancrage dans l’arc lémanique, où il a son siège mondial depuis douze ans, ne fait toutefois pas l’ombre d’un doute. Ferring International Center SA a encore annoncé en février l’ouverture d’un nouveau centre de biotechnologie de 2000 m2. Un investissement de 30 millions de francs.
Les premiers laboratoires entreront en fonction l’an prochain et la production commencera en 2020. «Cinquante nouveaux emplois y sont prévus», indiquait en début d’année le président du comité exécutif, Michel Pettigrew. Autre donnée confirmant la substance économique réelle du site suisse de Ferring: près de 60% de la production mondiale du groupe passe par Saint-Prex.

Philippe Rodrik

< Retour à la liste