< | >

Genève manque de plaquettes sanguines

  Mercredi 8 août , 2018

Les HUG lancent un appel aux donneurs. Dans le reste de la Suisse, la situation est moins tendue.

L’été est toujours une saison difficile pour le don de sang. Les gens étant en vacances, ils sont moins disponibles. Et ceux qui reviennent d’une région à risque sont momentanément exclus. Cette année, la situation s’avère particulièrement tendue à Genève. Les Hôpitaux universitaires (HUG) ont lancé mardi un appel aux donneurs qui ressemble à un cri de détresse. L’établissement annonce une pénurie de plaquettes, le composant du sang qui permet la coagulation.
«Nous n’avions pas connu une telle situation depuis des années», alerte Sophie Waldvogel, responsable du centre de transfusion sanguine des HUG. Plusieurs interventions exceptionnelles ont nécessité d’importantes transfusions. Le 1er août, avec son jour férié en semaine, a réduit les dons. Et puis le canton est exposé aux pénuries. Son hôpital universitaire accueille des patients de l’extérieur pour des opérations complexes, en particulier des transplantations, alors que son bassin de population est réduit.
«Lundi, nous avons dû demander aux chirurgiens de renoncer aux interventions non urgentes qui présentaient un risque d’hémorragie», poursuit Sophie Waldvogel. Les HUG ont aussi cherché des plaquettes à l’extérieur. «Nous avons dû aller jusqu’en Suisse orientale pour trouver les concentrés nécessaires.» Il faut dire que les plaquettes sont produites «à flux tendu» parce qu’elles ne peuvent être conservées que sept jours. Ce qui nécessite aussi une planification des rendez-vous avec les donneurs.
Selon Rudolf Schwabe, directeur de Transfusion CRS Suisse, la situation est plus calme au niveau national. Ainsi, le centre Transfusion interrégionale qui approvisionne les régions de Berne, de Vaud et du Valais n’est pas confronté aux mêmes difficultés que Genève. «Les choses vont plutôt bien, mais la situation peut changer très vite», résume la doctoresse Giorgia Canellini, responsable du service médical à l’Unité de médecine transfusionnelle au CHUV.
Les HUG, eux, espèrent ne pas devoir multiplier les achats et les transports à travers le pays. Toute personne âgée de 18 à 60 ans, en bonne santé, ayant déjà donné au moins une fois son sang et pesant plus de 50 kilos peut donner ses plaquettes. Autres conditions: ne pas avoir subi une intervention dentaire dans les 72 heures, ni avoir eu plus de 38 degrés de fièvre dans les quatre dernières semaines. Enfin, il faut éviter la prise de certains médicaments. Ce don prend deux heures. Un séparateur de cellules extrait alors les plaquettes, puis le reste du sang est rendu au donneur.

Caroline Zuercher

< Retour à la liste