< | >

Il faut récompenser les assurés à la vie saine

   Vendredi 12 octobre, 2018

Ruth Humbel (PDC/AG) demande de créer un modèle d’assurance tenant compte des comportements vertueux.

La conseillère nationale Ruth Humbel (PDC/AG) veut inciter les Suisses à mener une vie saine. Dans une motion qu’elle vient de déposer, elle propose d’utiliser pour cela les nouvelles technologies. L’idée? Les assurés qui prennent des mesures pour se maintenir en bonne santé (par exemple en employant un podomètre ou une mesure régulière de la tension artérielle) pourraient saisir ces données certifiées dans leur dossier électronique et être récompensés.
Un bonus pour les assurés vertueux? L’Argovienne rappelle qu’en Suisse 80% des dépenses de santé sont imputables aux maladies non transmissibles (MNT), «dont le facteur de risque principal est le style de vie». Pour elle, la stratégie de prévention élaborée par la Confédération ne suffit pas. Comment en faire davantage? Cette grande sportive note que la loi sur l’assurance maladie (LAMal) autorise des modèles dans lesquels le montant de la prime diminue si l’assuré n’utilise pas de prestations médicales durant une certaine période. En revanche, aucune incitation n’est prévue pour ceux qui vivent sainement. Pour Ruth Humbel, il faut donc créer une base légale permettant de proposer de tels modèles «que l’assuré aurait la possibilité de choisir ou pas».
Vingt-deux parlementaires ont signé sa motion. Mais d’autres se montrent critiques, à l’instar de Rebecca Ruiz (PS/VD). La Vaudoise estime qu’une telle récompense remettrait en cause le principe de solidarité de la LAMal. «Certaines personnes ne peuvent pas avoir une vie saine, notamment parce qu’elles sont déjà malades. On ne peut pas avoir un tel biais dans une assurance sociale.» Elle s’inquiète en outre du fait que des données intéressantes seront collectées.
SantéSuisse, l’organisation faîtière des assureurs maladie, n’est pas non plus convaincue. Certes, son porte-parole, Matthias Müller, estime qu’il faut encourager la responsabilité des assurés. Mais il évoque lui aussi la solidarité préconisée dans la LAMal. Et ajoute que le dossier électronique du patient n’est pas encore implanté en Suisse, et que les assureurs n’y ont pas accès.
Des caisses ont déjà mis en place des systèmes de récompense. La CSS offre aux clients de certaines complémentaires une récompense financière s’ils effectuent plus de 7500 pas par jour, dans un but de prévention. Grâce à une application, les assurés d’Helsana (de la base ou des complémentaires) accumulent pour leur part des points quand ils adoptent un comportement bénéfique pour leur santé. Ces points peuvent ensuite être échangés en espèces. «Mais nous n’offrons pas de rabais de prime et les contributions sont financées par le biais de l’assurance complémentaire», précise le porte-parole Gaël Saillen. Cette offre est néanmoins critiquée et l’office du préposé à la protection des données confirme qu’une procédure est pendante devant le Tribunal administratif fédéral.
Ruth Humbel, qui est membre du conseil d’administration de Concordia, soutient-elle avec sa proposition les assurances? «Je n’en ai jamais parlé avec Concordia, répond-elle. Beaucoup de gens pensent comme moi que la prévention actuelle n’est pas suffisante. Un médecin m’a notamment écrit pour saluer ma motion.» Quant à la solidarité, elle conclut qu’elle est importante pour elle aussi. «Mais si les coûts de la santé baissent grâce à la prévention, tous les assurés en profiteront.»

Caroline Zuercher

< Retour à la liste