< | >

Aide au suicide

  Jeudi 13 décembre, 2018

Une critique acerbe et mensongère sur les associations d’aide au suicide parue mercredi 5 décembre 2018 dans la lettre du jour.

Une critique acerbe et mensongère sur les associations d’aide au suicide parue mercredi 5 décembre 2018 dans la lettre du jour. Ce lecteur félicite la Fédération des médecins suisses (FMH) de n’avoir pas accepté les nouvelles directives de l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM), qui laissent plus de liberté pour le choix de sa mort aux patients qui le désirent sans qu’ils soient forcément en fin de vie, ce que stipulent les anciennes directives. Faut-il préférer le suicide d’une personne à bout de forces qui ne trouve pas d’autre issue que de mettre fin à sa vie par un suicide solitaire et souvent violent? Dans les statistiques fédérales de 2015, on voit nettement que les cas de suicide rejoignent ceux de l’assistance au suicide pratiqués par les différentes associations EXIT, qui est une mort digne et surtout non violente. Même si, comme le dit cette lettre, le choix de l’assistance ne touche qu’un faible pourcentage de personnes, cette décision doit être respectée, surtout parce qu’elle correspond à la volonté d’un être humain ayant tout son discernement. Une mort douce accompagnée à la place d’un départ, seul face à la mort, souvent violent et traumatisant pour l’entourage, c’est un choix qui doit être respecté et pour lequel il faut continuer à se battre. Cette liberté correspond aussi à la volonté d’une majorité de la population.

Dr Béatrice Deslarzes, Veyrier, 9 décembre

< Retour à la liste