< | >

J’ai 70 ans et je veux préserver ma mémoire. Que faire?

  Samedi-Dimanche 26-27 janvier, 2019

Nous sommes nombreux à avoir peur de perdre un jour la mémoire.

Nous sommes nombreux à avoir peur de perdre un jour la mémoire. 6500 personnes sont aujourd’hui atteintes de démence à Genève. Ce chiffre devrait doubler d’ici vingt ans. À ces patients s’ajoutent 13 000 personnes touchées par des troubles de la mémoire plus légers. Pour la moitié d’entre elles, une maladie neurodégénérative progressive sera diagnostiquée plus tard. Face à ces chiffres, il est important de tenter de prévenir le plus tôt possible les troubles cognitifs. La prévention démarre d’ailleurs très tôt, même avant la naissance, puisque la nutrition intra-utérine a déjà une grande influence sur le cerveau.
Cependant, il n’est jamais trop tard pour s’y intéresser et stimuler ses neurones davantage. Il est ainsi possible à tout âge d’entretenir sa mémoire. Pour y parvenir, il faut tout d’abord maîtriser ses facteurs de risques cardiovasculaires, tels que le diabète, l’hypertension, le tabagisme ou encore l’obésité, qui augmentent la probabilité de développer des démences. Il est ensuite conseillé de rester intellectuellement et socialement actif. Favoriser ses liens sociaux, continuer de se former et s’engager dans la société aident ainsi à maintenir une bonne mémoire. Pratiquez ensuite une activité physique régulière. Le sport permet d’améliorer l’oxygénation du cerveau et ainsi de prévenir la mort neuronale
qui contribue à la perte de la mémoire.
Enfin, adoptez une alimentation équilibrée et complète d’un point de vue nutritionnel. Le régime dit méditerranéen, riche en fruits, en légumes, en poissons et en graisses végétales, est notamment très bénéfique pour le cerveau.
Les troubles de la mémoire affectent fortement les personnes atteintes mais aussi leur entourage, tant notre mémoire est liée à notre identité. La préserver, la stimuler, s’en préoccuper à temps, mais aussi la soigner lorsqu’elle commence à faiblir, est alors essentiel pour préserver son bien-être et celui de ses proches.

Pr Emiliano Albanese, médecin adjoint agrégé au service de psychiatrie gériatrique, HUG

< Retour à la liste