< | >

Une caisse maladie dénonce les médecins fraudeurs

  Lundi 28 janvier, 2019

Sur les 200 arnaques repérées en 2018 par la CSS, plus de 100 sont le fait de praticiens

Plus de la moitié des abus à l’assurance maladie sont commis chez les praticiens, affirme «Le Matin Dimanche», citant le porte-parole de la caisse CSS, Luc-Étienne Fauquex. En 2018, les enquêteurs de l’assurance maladie ont débusqué 199 cas de fraudes ou de pratiques d’optimisation tarifaire pour 12 millions de francs.
Mais, comme le souligne le journal dominical, «l’élément le plus choquant – et qui s’insère dans le débat bouillant sur les coûts de la santé – tient au fait que plus de la moitié des fraudes (108) sont perpétrées non pas par des assurés mais par des prestataires de soins».
«La proportion est bien plus élevée si l’on compare les montants», souligne Luc-Étienne Fauquex. Effectivement, dans 108 cas, les arnaques ont été commises par des médecins ou des structures de santé. Surtout, celles-ci représentent un montant de 7,895 millions de francs sur les 12 millions de fraudes repérées dans l’année.
Des praticiens se retrouvent ainsi avec des journées de travail de 40 heures, ou d’autres multiplient le nombre de patients factices pour couvrir des honoraires bien au-dessus de la moyenne. L’assureur a aussi découvert une médecin généraliste qui se faisait rembourser des montants allant jusqu’à 4 millions de francs par an. La caisse cite encore le cas de ce chirurgien esthétique proposant ses premiers examens gratuits, qu’il facturait ensuite comme des soins contre les varices n’ayant jamais eu lieu.
La fraude s’organise parfois au sein d’une structure de soins entière, à l’instar de l’une des antennes de l’organisation de soins à domicile Spitex. Des enquêtes menées auprès de personnes âgées ont révélé que l’organisation concernée a facturé pendant des années des services de tâches ménagères à l’assurance maladie. Des factures de soins à domicile ont également été rédigées alors que les patients concernés étaient hospitalisés. La structure a été sommée de rembourser près de 300 000 francs.
«La grande majorité des médecins établissent des factures correctes», rappelle le porte-parole de la CSS. Si le montant des fraudes augmente chaque année, cela ne signifie pas qu’il y a toujours plus d’abus. «Les mesures prises pour les détecter ont été renforcées», indique le porte-parole du Groupe Mutuel, qui constate le même phénomène.

ATS/Réd.

< Retour à la liste