< | >

Un pas pour une santé pour toutes et tous

  Mardi 29 janvier, 2019

Une assertion qui mettra tout le monde ou presque d’accord: certaines choses ne peuvent simplement plus durer.

Une assertion qui mettra tout le monde ou presque d’accord: certaines choses ne peuvent simplement plus durer. Le système de la LAMAL s’est révélé un vrai scandale. Comme on pouvait s’y attendre, il n’a apporté aucun des avantages présumés du marché, mais tous ses inconvénients. Les primes atteignent aujourd’hui des sommets, insoutenables pour les classes populaires et moyennes. Presque personne n’affirme plus que cette hausse est proportionnelle à celle des coûts de la santé. De fait, les caisses privées ont touché 800 millions de francs en 2018, tandis que l’excédent de leurs réserves dépasse déjà les 2 milliards de francs. Cela n’empêche pourtant pas les primes de continuer à augmenter; et le scandale des primes payées en trop par les assurés de plusieurs cantons n’y a rien changé. Et, parallèlement à cela, les lacunes du catalogue de la LAMAL et le système des franchises fait que trop de gens doivent renoncer à des soins, pourtant indispensables: près de 14% à Genève.
Le Parti du travail a estimé que cela ne pouvait plus durer, et qu’il était urgent de faire quelque chose. L’idéal aurait bien sûr été d’agir au niveau fédéral, de changer le système vicié en son principe de la LAMAL. Malheureusement, il est peu probable qu’une solution s’impose au niveau fédéral dans un avenir très proche. La gravité de la situation ne permet pas d’attendre. Mais il est vrai aussi que, dans l’histoire de notre pays, le progrès social – comme les congés payés, ou l’assurance maternité – a souvent commencé au niveau des cantons, avant d’être généralisé à toute la Suisse.
C’est pourquoi nous avons lancé une initiative populaire cantonale, que plus de 14 000 citoyens ont signée, et sur laquelle le peuple sera appelé à se prononcer le 10 février: l’initiative pour une caisse maladie et accidents genevoise publique à but social. Il ne s’agirait certes pas de La solution miracle – nous en sommes bien conscients – mais un pas en avant réel, dans les limites de ce que le droit fédéral autorise, pour mettre fin à des abus criants, et amorcer un virage vers un système de santé 100% public et social, au service de toutes et tous, et non des profits de quelques-uns.
Bien qu’elle devrait fonctionner dans les limites des contraintes de la LAMAL et en concurrence avec les caisses privées, une caisse publique telle que nous la préconisons aurait pour avantage décisif d’être entièrement transparente, contrôlée démocratiquement et au service exclusif de ses assurés. Toutes les pratiques opaques, pour ne pas dire plus, des assureurs privés, seraient exclues. N’ayant besoin ni de publicité, ni de salaires mirobolants, ni de frais de lobbying, elle pourrait prélever des primes moins chères. Et surtout, notre initiative est une occasion décisive d’enfin dire stop aux assureurs privés et à leurs abus, d’amorcer enfin un changement de système. Il n’est que grand temps.

L’invité Alexander Eniline Président du Parti du Travail

< Retour à la liste