Appelez votre médecin en cas de problème, il n’y a pas que le Covid.

Vos médecins sont toujours là pour vous.

Informations et recommandations cantonales destinées aux médecins concernant le COVID-19

Veuillez vous connecter pour accéder à ces informations

Page de connexion

Flèche haut
Réduire

< | >

Lettre du jour

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

  Mercredi 8 Mai, 2019

Sourde menace

Aïre, 20 avril À l’heure des grandes manifestations pour le climat, une autre menace bien plus sournoise et silencieuse menace l’humanité: il s’agit des bactéries multirésistantes.
D’ici à 2040-2050, les spécialistes estiment qu’il n’y aura plus d’antibiotiques permettant de lutter contre ce type de bactéries. On se retrouvera dans la situation des années 1900, avant la découverte de la pénicilline, c’est-à-dire que l’on pourrait mourir d’une simple infection.
Si on en est arrivé là, c’est, d’une part, dû à l’usage irraisonné des antibiotiques dans l’élevage intensif et, d’autre part, à l’abandon de la recherche dans l’industrie pharmaceutique pour de nouveaux antibiotiques, celle-ci étant considérée comme trop peu rentable.
La dernière grande classe d’antibiotiques date de 1984 et comme il faut de dix à quinze ans pour en trouver de nouveaux, l’humanité va être confrontée très rapidement à une situation sanitaire explosive, car même les antibiotiques de dernier recours continuent à être utilisés dans les élevages.
L’OMS a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises mais rien n’y fait, la cupidité de l’homme n’a pas de limite. La catastrophe se profile mais personne ne descend dans la rue pour demander aux politiques de faire interdire les antibiotiques dans l’élevage et obliger l’industrie pharmaceutique à reprendre la recherche dans la lutte contre les bactéries.
Celles-ci ont plus de 40 millions d’années et elles prendront bientôt le pas sur l’homme si rien n’est entrepris pour les combattre.

Alain Gaumann

 

 

< Retour à la liste