< | >

Coûts de la santé: le gros mensonge du chef des assureurs

  Mercredi 17 juillet, 2019

Heinz Brand, président de santésuisse, a sorti ce week-end des chiffres surréalistes pour illustrer les conséquences financières des réformes envisagées dans le domaine de la santé. De quoi effrayer les assurés helvétiques.

Heinz Brand était pressenti un jour pour être conseiller fédéral. Le microcosme parlementaire n’avait toutefois pas la pleine confiance dans ce conseiller national UDC. Finalement, c’est Guy Parmelin qui avait pris la place et son collègue des Grisons est resté à la présidence de santésuisse, qu’il tient depuis 2014.

D’où sort-il ce chiffre ?

Ce dimanche, Heinz Brand s’est exprimé dans la presse alémanique, estimant que les réformes prévues dans le domaine de la santé allaient causer des dépenses supplémentaires de 10 milliards de francs par année, si elles se concrétisent, et 30 % de primes en plus. Selon lui, le nouveau système tarifaire Tardoc plomberait les coûts de 3 milliards, les médicaments contre le cancer d’un milliard et divers autres projets pour un milliard. Enfin la moitié de ces 10 milliards serait la conséquence de l’initiative pour des soins infirmiers forts. Mais d’où sort-il un tel chiffre?

Les chiffres du Conseil fédéral

Cette initiative, qui veut valoriser le secteur infirmier, n’a pas encore été débattue devant les Chambres fédérales, mais la droite est contre. Le Conseil fédéral s’y oppose aussi. Il a déjà rédigé son message, notamment la partie concernant les diverses conséquences financières. Il évalue à 30 millions de coûts en plus pour les soins en EMS, une fourchette de 25 à 110 millions de plus pour les soins à domicile, ainsi que 4 à 10 millions de plus pour la réduction des primes. L’augmentation de la contribution de la Confédération pour augmenter le nombre de places au niveau bachelor est, elle, difficile à estimer, mais actuellement elle est de 25 millions pour 3100 étudiants.

400 millions au grand max

S’il fallait augmenter la rémunération du secteur infirmier, le Conseil fédéral procède au calcul suivant. Actuellement, à charge de l’assurance obligatoire, les coûts des soins infirmiers ambulatoires et dans les EMS s’élèvent à 2,67 milliards par année. Une augmentation de 1 % représenterait donc environ 30 millions de francs.
Admettons que l’on soit généreux, et que l’on augmente de 5% cette rémunération, cela ferait 150 millions par année, auxquels on ajoute le reste: 30 millions, 110 millions et 10 millions. On quadruple les 25 millions pour les bachelor et on arrive à une somme de 400 millions de francs, le tout calculé au plus large et charitable!

De la manipulation

Comment le président de santésuisse peut-il demeurer crédible lorsqu’il articule un chiffre de 5 milliards de francs par année? C’est de la manipulation. On ne sait pas combien il touche lui-même pour son mandat de président, mais espérons que santésuisse ne multiplie pas ce chiffre par dix ou douze lorsqu’elle lui verse ses honoraires.

Eric Felley

 

 

 

< Retour à la liste