Vélo: pétition des médecins déposées

Un grand merci à toutes celles et ceux qui ont répondu à l’appel du Dr Patrick Saudan et du Pr Pietro Majno, publié ici même le 20 octobre 2017, en signant la pétition “Les médecins genevois en faveur de la pratique quotidienne du vélo”. Au total ce sont 429 médecins qui ont adressé la demande suivante aux autorités genevoises:

Vu l’impact sur la santé publique de la pratique du vélo, nous soussignés médecins à Genève demandons à nos autorités exécutives et législatives, cantonales et communales, d’inscrire en priorité dans leur agenda le développement d’aménagements cyclables sécurisés en accord avec le résultat de la votation sur l’initiative 144 (« pour une mobilité douce (initiative des villes) » du 15 mai 2011.

Voir à ce propos l’article de la Tribune de Genève du jeudi 16 novembre 2017.

Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques

Du 13 au 19 novembre 2017 se déroulera la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, organisée à l’appel de l’OMS. Cette campagne a pour objectif de sensibiliser le public, les professionnels et les décideurs politiques à la résistance aux antibiotiques et les encourager à adopter de meilleures pratiques pour éviter sa progression.
Lire la suite …
Accès au communiqué de presse de l’OFSP

Comment prévenir les chutes ?

Campagne physiogenève – Pharma Genève

Dans le cadre du 100ème anniversaire de physiogenève (Association Genevoise de Physiothérapie) nous avons décidé
Lire la suite …

Jeudi noir pour le secret médical

Notre initiative refusée
Le jeudi 31 août 2017 restera un jeudi noir pour le secret médical. La première initiative populaire cantonale lancée par l’AMGe, IN 159, « Garantir le secret médical pour tous protège mieux la société » a été refusée par le Grand Conseil genevois par 47 voix contre, 43 voix pour et 4 abstentions. La gauche et le PDC ont soutenu notre initiative IN 159 ainsi que les députés UDC, Messieurs Thomas Bläsi et Christo Ivanov (que ces partis et députés soient ici remerciés). En revanche, les groupes MCG et la majorité de l’UDC ont voté contre. Les députés PLR au Grand Conseil détenaient la clé du vote.

Manoeuvres de Mme Nathalie Fontanet
Le jeudi 9 mars 2017, juste avant l’audition de l’AMGe – représentée par notre avocat conseil, le Professeur Philippe Ducor, notre secrétaire générale, Maître Bénédicte Dayen, et le président de l’AMGe – devant la Commission judiciaire et de la police du Grand Conseil, Mme Nathalie Fontanet, cheffe de groupe du PLR, a affirmé les yeux dans les yeux qu’elle assurait à l’AMGe qu’il y aurait lors de la votation sur notre initiative une totale liberté de vote au sein du PLR. Cela ressemble à une vaine promesse, puisque, dans les jours qui ont précédé le vote du Grand Conseil du 31 août, une pression extrêmement forte semble avoir été mise sur les députés PLR qui souhaitaient soutenir notre initiative. Les abstentions de Mme De Candolle et MM. Halperin et Selleger en sont la preuve. Seul au sein du PLR notre collègue, M. Patrick Saudan, a voté OUI à notre initiative. Grand courage et belles valeurs, un merci à lui.

Le lundi 10 juillet 2017, les mêmes représentants de l’AMGe ont rencontré Mme Nathalie Fontanet et le député PLR notre collègue, M. Pierre Conne (opposant à notre initiative), afin de discuter de la possibilité du soutien éventuel de l’AMGe à un potentiel contre-projet à notre initiative. A l’issue de cette séance, l’AMGe a eu la conviction que le texte de notre initiative était parfaitement complet. Par courriel du 14 juillet 2017 adressé à ces deux députés, l’AMGe a indiqué renoncer à une seconde séance de travail, dans la mesure où les échanges que l’AMGe avaient eus lors de cette réunion l’avait confortée quant au bien-fondé de son initiative, puisque l’ensemble des éléments pertinents y figuraient. A cette occasion, il a été précisé que lors de sa séance du 11 juillet 2017, le Bureau du Conseil de l’AMGe avait décidé de soutenir pleinement l’initiative en vue d’obtenir une majorité devant le Grand Conseil. L’AMGe a relevé le large soutien populaire et politique recueilli par son initiative. Dans sa réponse du même jour, Mme Fontanet a remercié l’AMGe de son courriel et a précisé : « Nous prenons note de votre proposition et nous nous y rallions. » (sic). Faire ensuite courir le bruit que l’AMGe était en faveur du contre-projet pourrait être considéré comme une manipulation à l’odeur de soufre.

Défendre à Berne liberté et sécurité ?
Sur les ondes de la RTS dans la Matinale du 30 août 2017, M. Pierre Maudet a affirmé que « le PLR est le parti de la liberté ». Cette vision fédérale s’est arrêtée dès le lendemain aux portes du Grand Conseil genevois. Comme on le voit, les nobles principes et les valeurs ont été sacrifiés sur l’autel des intérêts particuliers et politiques. C’est la triste réalité politique. Nous avons dès lors assisté à un jeudi noir pour le droit de tous les patients à leur secret médical. Une brèche s’est ouverte à la divulgation des données médicales. L’AMGe proposait une initiative pour améliorer la sécurité de la population genevoise par rapport aux détenus dangereux. Force est de constater que les députés, surtout à droite, n’en ont pas voulu : c’est un comble !

L’idée d’un contre-projet acceptée
L’idée d’un contre-projet a recueilli 53 voix pour, 17 contre et 24 abstentions. Il n’en demeure pas moins que le flou est de mise. Il sied de souligner que ceux qui affirmaient, il y a encore quelques mois, que l’actuel texte de loi était excellent sont les mêmes qui aujourd’hui souhaitent absolument le réécrire. Certains diront que la politique est ainsi faite et que nous avons été naïfs. Nous répondrons que nous défendons des valeurs et que notre ligne n’a pas bougé depuis janvier 2014. Nous avons perdu. C’est un fait. Nous en prenons acte. Toutefois, nous avons notre conscience pour nous. Notre ligne claire n’est pas faite de méandres. Il convient encore de relever que le dernier rapport sur le meurtre d’Adeline n’est toujours pas public et que les deux précédents rapports avaient clairement démontré que le secret médical n’était impliqué d’aucune manière dans ce drame. Donner l’impression d’agir est aussi le fait politique.
Michel Matter

InfoKids – l’application smartphone pour les parents d’enfants malades

L’application InfoKids est destinée aux parents dont les enfants nécessitent une consultation médicale, elle oriente chez le pédiatre ou au Service d’Accueil et d’Urgences Pédiatriques (SAUP) en fonction des symptômes.
Lire la suite …

Nouvelle consultation spécialisée en médecine du travail

Les médecins genevois spécialistes en santé au travail (GGMSST) sont à votre disposition pour répondre :
– aux demandes de consultations en médecine du travail (aptitudes aux postes avec expositions professionnelles, adaptation de poste, retour au travail, aptitude de la femme enceinte et des jeunes travailleurs)
– aux demandes d’avis spécialisés auprès des entreprises.
Les contacts des médecins du travail sont sur le site : www.ggmsst.ch.

En raison d’une demande croissante dans le canton de Genève, l’Institut universitaire romand de Santé au Travail (IST), en partenariat avec le Service de Médecine de Premier Recours (SMPR) des HUG, vous informe de l’ouverture d’une consultation spécialisée en médecine du travail au sein du SMPR dès le 1er avril 2017. Cette consultation se destine à toute problématique de santé ayant un lien potentiel avec l’activité professionnelle ou pour une demande d’avis médical d’aptitude au travail.
Informations complémentaires

Click 4 help

Quelques clics pour trouver de l’aide

Children Action a le plaisir de vous annoncer le lancement de : https://click4help.ch/
Ce site permet aux jeunes âgés de 12 à 25 ans, à leurs familles ainsi qu’aux professionnels qui les entourent de trouver, en quelques clics seulement, l’information ou l’aide dont ils ont besoin parmi les centaines de structures actives dans le Canton de Genève.

Réanimation cardiopulmonaire: sauriez-vous réagir en présence d’un accident grave?

Des professionnels de l’urgence vous expliquent en quatre étapes comment pratiquer une réanimation.

Une vidéo de l’Ecole de santé de Suisse romande – Pour en savoir plus, voir cet article.

Les HUG consacrent une journée aux troubles bipolaires

Le jeudi 30 mars 2017, à l’occasion de la 3e journée mondiale des troubles bipolaires, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) organisent une matinée d’information sur les troubles bipolaires. Intitulée «Troubles bipolaires: l’union fait la force», cette journée est destinée aussi bien au grand public qu’aux professionnels. Des patients et des proches viendront apporter leur témoignage lors d’une conférence, au cours de laquelle des médecins et des soignants présenteront la maladie, les différents traitements et la façon de la conjuguer avec la vie quotidienne.

A signaler également: une exposition photographique temporaire sur la bipolarité, à voir jusqu’au 29 avril à l’Hôpital Belle-Idée à Chêne-Bourg.

Informations détaillées dans le communiqué de presse.

Flambées de rougeole dans plusieurs cantons – vigilance accrue devant toute suspicion

Plus de  cinquante cas de rougeole sont survenus dans plusieurs cantons de Suisse depuis novembre 2016.  Le Tessin, les Grisons et Fribourg sont les principaux cantons touchés par des flambées de cas concernant des enfants ainsi que de jeunes adultes.  A Genève,  aucun cas de rougeole n’a été rapporté depuis septembre 2016 (2013-2016 : 1-4 cas) mais en raison des vacances scolaires et de la mobilité accrue, des cas sont également susceptibles de se produire.

Nous vous demandons dès lors d’être particulièrement vigilants dans les semaines à venir. Le diagnostic clinique est parfois difficile et durant la phase prodromale, la confusion de la rougeole avec la grippe (toujours en circulation) est possible.

Pour mémoire, toute suspicion de rougeole doit faire l’objet d’une déclaration par téléphone (022 546 50 00) ou fax (022 546 98 16) au médecin cantonal dans les 24h, afin de mettre en œuvre les enquêtes d’entourage et permettre le suivi  épidémiologique. Les formulaires de déclaration sont disponibles via ce lien .

De plus, toute suspicion de rougeole sans lien épidémiologique doit être confirmée par un test diagnostic. La méthode de choix est une PCR sur un frottis oropharyngé (sensibilité élevée dès les premiers signes).

Devant cette situation, un communiqué de presse de l’Office fédéral de la santé publique(OFSP) paru le 9 février, a invité la population à faire contrôler son statut vaccinal et à le compléter si nécessaire (deux doses de ROR pour toute personne née après 1963). Vous risquez donc d’être sollicités par vos patients pour vérification et/ou mise à jour de la vaccination.

Enfin, pour votre information, un point de situation sur la rougeole en Suisse, a été mis en ligne le 21 février sur la page « Flambées et épidémies actuelles » du site Internet de l’OFSP auquel vous pouvez accéder en suivant ce lien. Malgré une augmentation de la couverture vaccinale nationale, ces flambées menacent de retarder l’élimination de la rougeole dans notre pays.

En vous remerciant de votre collaboration, nous vous adressons, chères et chers collègues, nos salutations les meilleures.

Prof. J-A Romand, médecin cantonal
Dr E. Delaporte, SMC