Envois intempestifs via le fax

Aujourd’hui, plusieurs membres nous ont signalé recevoir un annuaire inutile d’environ 150 pages par fax !!! Ils ont été bloqués toute la matinée car souvent il n’est pas possible de débrancher la ligne téléphonique ou l’alimentation électrique de nos fax. Une solution pour prévenir de telles attaques dans le futur est de demander à votre opérateur de bloquer, sur le n° de la ligne de votre fax, les n° indésirables et les n° cachés.

Attention, vous ne pouvez pas le faire sur toutes vos lignes téléphoniques car les patients ayant un n° caché ne pourraient plus vous atteindre. Par contre, le risque qu’un fax important soit envoyé d’un numéro caché est très faible, voire inexistant.

Pour l’opérateur SWISSCOM, appelez le 0800 055 055 pour un abonnement professionnel et le 0800 800 800 pour un abonnement privé. Chez Sunrise, le n° professionnel est le 0800 555 552 et le privé, le 0800 707 707.
Le secrétariat de l’AMG

PS : Merci au cabinet du Dr Maillard qui nous a transmis la solution précitée.

 

Prises de rendez-vous via MyHUG pour la neurologie, la neurochirurgie et l’ophtalmologie

[Contenu réservé aux médecins]

30 octobre: Journée des proches aidants

proches-aidants

«Proches aidants, pour aider sans s’épuiser», tel est le message formulé par les cantons de Genève, Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Jura et Valais à l’occasion du 30 octobre – journée intercantonale des proches aidants.

A Genève, plusieurs actions prévues à la fin du mois informeront le public sur les aides disponibles dans le canton pour soutenir et soulager les proches aidants et pour les inciter à prendre le temps de se ressourcer. (suite…)

Initiative sur le secret médical : la dernière ligne droite !

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Ce vendredi 10 juin, nous en sommes à environ 7000 signatures, alors qu’il nous faut recueillir au total au moins 7524 signatures valables pour la fin du mois de juin.

C’est la dernière ligne droite : nous sommes donc près du but, alors qu’il nous reste 3 semaines pour nous assurer une bonne marge de sécurité par rapport à ce minimum requis. Toutes les signatures ne sont en effet pas toujours reconnues valables: les données peuvent être incomplètes (adresse, date de naissance ou signature oubliée), le signataire, étranger ou habitant dans un autre canton, ne pas jouir des droits politiques à Genève.

Nous avons donc encore besoin de vous :

pour récolter jusqu’au bout et retourner régulièrement, chaque semaine, vos signatures jusqu’au mercredi 29 juin à l’AMG (rue Micheli-du-Crest 12, 1205 Genève) : le dépôt ayant lieu le 4 juillet, il faudra les 30 juin et 1er juillet nous les adresser en courrier A, ou mieux, les porter dans la boîte aux lettres de l’AMG (même adresse)

pour animer notre dernier stand de récolte de signatures qui se tiendra le samedi 18 juin sur la Plaine de Plainpalais (à la pointe, près du monument érigé en souvenir des événements de 1932, stand 9): merci de vous annoncer auprès du secrétariat: mailto:info@amge.ch

pour distribuer le solde de nos cartes de signatures préaffranchies dans les divers lieux de la Fête de la musique les 17, 18 et 19 juin ou aux abords de la Fan Zone lors de la retransmission des matchs de football ! Passez les chercher au secrétariat !

Merci de tout ce que vous avez fait et de ce que vous ferez encore pour rassembler le maximum de signatures !
Michel Matter

Informatique: alerte aux rançongiciels !

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

 En mars 2016, un membre de l’AMG nous a annoncé avoir été victime de pirates informatiques: il a soudain perdu toutes ses données et n’a pu les récupérer qu’après paiement d’une rançon en bitcoins. De tels cas s’étant multipliés ces derniers mois, la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI) – qui est un service de l’Administration fédérale et qui réunit des partenaires qui travaillent dans le domaine de la sécurité des systèmes informatiques et de l’Internet ainsi que dans celui de la protection des infrastructures nationales et vitales – a organisé le 19 mai dernier une Journée suisse de sensibilisation aux rançongiciels. L’information qui suit est tirée de son site Internet, qui s’adresse tant aux particuliers qui utilisent un ordinateur et l’Internet qu’aux petites et moyennes entreprises en Suisse. (réd.)

Qu’est-ce qu’un rançongiciel ?
Les rançongiciels appartiennent à un type particulier de logiciels malveillants (maliciels). Ils se propagent ordinairement par le biais d’annexes («fichiers attachés ») malveillantes de courriels ou de sites Internet piratés. Une fois installés, ils chiffrent les données se trouvant sur l’ordinateur de la victime ainsi que sur les éventuels lecteurs réseau (network shares) et les supports de stockage (par ex. clés USB) auxquels cet ordinateur est relié. Les données chiffrées deviennent ainsi inutilisables pour la victime du rançongiciel. Lorsque le processus de chiffrement est terminé, le rançongiciel fait apparaître un écran verrouillé. Sur ce dernier figure un message (d’extorsion) informant la victime que ses données ne seront déverrouillées et à nouveau utilisables qu’à la condition que celle-ci verse une somme d’argent en monnaie virtuelle (par ex. en bitcoins). Le versement en bitcoins rend l’identification du criminel difficile. Le fait que la victime se conforme à l’exigence de l’agresseur en versant la somme demandée ne lui donne toutefois aucunement la garantie qu’elle aura de nouveau accès à ses données verrouillées. De plus, le versement conforte l’agresseur dans son mode opératoire en l’incitant à commettre de nouvelles attaques aux rançongiciels sur d’autres victimes.

Les rançongiciels ne constituent pas un nouveau phénomène : un premier cas de rançongiciel impliquant l’infection d’un ordinateur combinée à une demande de rançon est apparu en Suisse en 2011 déjà. Le nombre des victimes suisses de rançongiciels s’est toutefois considérablement accru au cours des derniers mois. Depuis quelque temps, les attaques visent non seulement les utilisateurs individuels, mais aussi de plus en plus souvent de petites et moyennes entreprises (PME). Lorsque la victime est un utilisateur particulier, celui-ci perd l’accès à ses données personnelles si la victime est par contre une entreprise, les conséquences sont généralement nettement plus graves. Tel est le cas quand l’entreprise affectée n’a plus accès à des données d’importance critique concernant, par exemple, des contrats, des clients ou sa comptabilité. La PME en question se retrouve rapidement dans une situation de détresse qui l’incite à verser la rançon exigée afin de retrouver l’accès à ses données.

Minimisez le risque !
Cette solution n’est toutefois pas une fatalité. En prenant les trois mesures suivantes, les citoyens, mais aussi les PME ont la possibilité de se protéger contre les rançongiciels :

Veillez à effectuer des sauvegardes régulières de vos données importantes (backup) sur un support externe (par ex. un disque dur externe). Après la sauvegarde, veillez à déconnecter de l’ordinateur le support contenant les données sauvegardées, sans quoi ces données pourraient également être verrouillées et rendues inutilisables en cas d’infection de l’ordinateur par un rançongiciel.

Restez vigilant vis-à-vis des courriels que vous recevez. Abstenez-vous d’ouvrir les annexes de courriels inattendus ou provenant d’un expéditeur inconnu et de cliquer sur les liens indiqués.

Faites en sorte de toujours disposer de la dernière version de vos logiciels et plugiciels (plug-in). Assurez- vous que tous les logiciels, applications et plugiciels de navigation (Flash Player, Java) installés sur votre ordinateur sont toujours actualisés. Dans toute la mesure du possible, recourez à la fonction de mise à jour automatique de vos logiciels.

Une mise en oeuvre systématique des mesures précitées permet de minimiser le risque d’une infection par un rançongiciel. Vous trouverez des informations détaillées concernant les rançongiciels et les moyens de s’en protéger sur le site Internet de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI) :
www.melani.admin.ch/rancongiciels

Les règles de comportement à adopter dans le cadre de l’utilisation d’ordinateurs et de la navigation sur Internet ainsi que les mesures supplémentaires permettant d’accroître la sécurité informatique des PME peuvent être téléchargées à partir des liens suivants :

Règles de comportement : www.melani.admin.ch/regles-de-comportement
Sécurité informatique : aide-mémoire pour les PME :
Programme en dix points visant à accroître la sécurité informatique
Stop.Think.Connect 

Information tirée du site de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI)

Retraitement des dispositifs médicaux (ODIM): impacts dans les cabinets dentaires et médicaux

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Quoi de neuf pour 2016?
Les coûts du retraitement des DMx
Forum Questions / Réponses

Une présentation de M. Hervé Ney, responsable de la stérilisation centrale aux HUG, mise à la disposition de nos membres (voir aussi cet article).

Attention, des escrocs présumés se font passer pour le fisc genevois

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

L’article ci-dessous est paru dans la newsletter de la FER (Fédération des Entreprises Romandes) du 21 août 2015

Si vous recevez un courriel semblant émaner du fisc genevois et vous demandant des informations sensibles, méfiance! Des escrocs présumés ont en effet recours à cette méthode.
Ils commencent par téléphoner à l’entreprise, en se présentant comme un collaborateur du fisc (souvent sous le pseudonyme de M. Muller ou Mme Vogel). Ils l’avertissent qu’un courriel va être envoyé. Celui-ci arrive peu après, avec l’écusson officiel du canton et une adresse d’expédition du type vogel.impots[at]ge.ch, impots[at]ge.ch ou jmuller.ac[at]ge.ch. Un formulaire est joint et l’entreprise est priée de fournir divers renseignements. Elle doit notamment joindre sa dernière facture de loyer. Et si l’entreprise ne répond pas, les escrocs la relancent par téléphone. Ces sollicitations ne proviennent pas de l’administration fiscale. Elles émanent de personnes inconnues, cherchant à récolter des informations sensibles. A ce stade, l’entreprise ne subit aucun dommage, mais les informations récoltées pourraient servir ultérieurement à des tentatives d’escroquerie. Il convient donc d’être vigilant et, en cas de doute, de contacter l’administration fiscale cantonale au 022 327 56 62.

Déménagements de UDMPR, de l’UIMPV et de la CTG des HUG

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

L’unité des dépendances (UDMPR) a déménagé au boulevard de la Cluse 75,
1er étage
.
Les consultations (médicales, infirmières, psychologiques et sociales) en lien avec le tabac, l’alcool et les autres substances ont lieu dans ces nouveaux locaux. A votre arrivée devant le bâtiment, prière de sonner à l’interphone de l’UMPR pour l’ouverture de la porte.
Contact : 022 372 95 37, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 16 h 30, Christiane.roeder@hcuge.ch

L’unité interdisciplinaire de médecine et de prévention des violences (UIMPV) et la consultation pour victimes de torture et de guerre (CTG) ont déménagé au boulevard de la Cluse 75, 2ème étage.
Les consultations (médicales, infirmières, psychologiques) ont lieu dans ces nouveaux locaux. A votre arrivée devant le bâtiment, prière de sonner à l’interphone de l’UIMPV pour l’ouverture de la porte. Téléphone et fax inchangés.
Contact : 022 372 96 41, Uimpv.violences@hcuge.ch

Arnaque à l’annuaire !

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Voici un article intéressant paru dans le magazine “frc mieux choisir” de juillet-août 2015
Lire la suite …

Les médecins et le nouveau droit de la protection de l’adulte

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

L’AMG organise pour ses membres une séance de présentation du nouveau droit de la protection de l’adulte par M. Thierry Wuarin, président du Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant,

lundi 11 mai 2015 à 19h aux HUG
Auditoire Marcel-Jenny (durée: 90 min. environ)

Le nouveau droit de la protection de l’adulte, entré en vigueur le 1er janvier 2013, s’est substitué au droit de la tutelle lequel, pour l’essentiel, datait de 1907 et reflétait une conception de la société inspirée du 19ème siècle.

Les dispositions légales actuelles (suite…)