Des vidéos sur le site de PalliativeGenève

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

PalliativeGenève (auparavant l’Association Genevoise de Médecine et Soins Palliatifs) dispose d’un site web du même nom (palliativegeneve.ch), qui offre un riche contenu tant sur les soins palliatifs en général que plus spécifiquement pour répondre aux besoins des professionnels, d’une part, des patients et de leurs proches d’autre part.

Une autre excellente initiative de l’association est de proposer des vidéos de présentation, en l’état de l’Hôpital de Bellerive et de la Maison de Tara.

L’approche visuelle permet de se familiariser avec le cadre et facilite la promotion du concept de soins palliatifs, tant pour les futurs patients que pour leurs proches, et le personnel médical, infirmier ou social appelé à les informer:

La médecine de premier recours : votre généraliste et vous

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Cette brochure a pour objectif de proposer : 

une sélection d’ouvrages scientifiques pour aider le jeune médecin en formation de médecine de premier recours à acquérir les bases de son futur métier ou à l’interniste généraliste confirmé de mettre à jour ses connaissances.Med premier recours


Pour le grand public, une sélection d’ouvrages et multimédias illustrant le métier de médecin de premier recours, qu’il soit interniste-généraliste ou pédiatre. 

Nous espérons que vous aurez du plaisir à découvrir de plus près les coulisses de ce métier passionnant traitant de l’humain, d’humain à humain.
Vous pouvez obtenir la brochure gratuitement en nous contactant :
Cds-medecine@unige.ch ou directement en document pdf

Brochure réalisée par la Bibliothèque de l’université de Genève – Uni CMU – Médecine et Centre de documentation en santé, en collaboration avec l’Unité de médecine de premier recours (UMPR) de la faculté de médecine.

Admission aux HUG sans passer par les Urgences

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Dès le 2 juin, les Hôpitaux universitaires de Genève mettent en place un bureau spécifique qui permettra aux médecins de ville, dans les cas qui le justifient, d’hospitaliser un patient sans que celui-ci ait besoin de transiter par le service des urgences.

Cela permettra aussi de désencombrer ce service et d’améliorer le délai de prise en charge.

Les processus d’admissions existants pour certains services continuent d’exister et ont toute leur place. Une information détaillée a été adressée à tous les membres actifs de l’AMG, qui la trouveront commodément résumée dans cet aide-mémoire à télécharger.

Peur, anxiété, stress… pas de panique

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

A l’occasion de la Semaine du cerveau et de l’exposition Pas de panique ! La peur, notre meilleure amie ou notre pire ennemie ? le Centre de documentation en santé de la Bibliothèque universitaire de Genève propose une nouvelle brochure:
Peur, anxiété, stress… pas de panique ! CDS
Une sélection de livres et multimédias pour en savoir plus.

Les documents proposés peuvent être empruntés au CDS.
Cette brochure peut être téléchargée ou commandée à cds-medecine@unige.ch

« L’enfant face au cancer »

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Brochure L'enfant face au cancerA signaler: une remarquable brochure qui présente une sélection de livres, de vidéos et de sites web pour les 3-16 ans, mais aussi leurs parents, sur le thème du cancer, de la maladie, de la séparation, de la mort. 

Elle peut être téléchargée ici (1,8MB), mais est aussi disponible sur papier gratuitement auprès de Cds-medecine@unige.ch.

Une réalisation du Centre de documentation en santé de la Bibliothèque universitaire de Genève, en collaboration avec la Ligue genevoise contre le cancer.

L’essentiel sur les droits des patients

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

brochure droits patientsRééditée et désormais proposée par les huit cantons latins, la brochure L’essentiel sur les droits des patients compte 48 pages. On peut la télécharger ici (5,8 MB).

Si les relations avec les professionnels de la santé sont fréquentes, les lois qui les régissent et qui reconnaissent des droits au patient sont souvent peu connues. Bien informé, un patient est pourtant mieux à même d’évaluer sa situation et de faire valoir son point de vue. Il participe en toute connaissance de cause aux traitements qui lui sont proposés, ce qui rejaillit positivement sur la qualité de la relation thérapeutique.

Richement illustrée par Haydé, la brochure est présentée en neuf volets, chacun composé de trois parties :

  • un résumé succinct des droits des patients,
  • une partie «En pratique» pour une bonne compréhension de la loi,
  • une partie «Bon à savoir», avec des réponses aux questions les plus fréquentes.

Si les patients ont des droits qu’il convient de mieux faire connaître, ils ont aussi, dans leur propre intérêt, des responsabilités. Ainsi, il leur incombe d’informer le soignant de la manière la plus exacte possible des symptômes ressentis, des traitements reçus ou en cours ainsi que des effets des thérapies déjà suivies. De même, il est de leur responsabilité de suivre le traitement prescrit et, en cas d’interruption, de l’annoncer. Enfin, on ne saurait trop souligner qu’une relation transparente permet le développement d’un cadre thérapeutique de qualité, qui peut contribuer à rendre la maladie et les traitements plus supportables.

En fin de cahier, chaque canton présente les adresses des organismes qui délivrent des informations complémentaires ou des conseils, de même que les voies de médiation ou de recours à disposition. Il est cependant conseillé, en cas de conflit, de prendre d’abord contact avec le soignant ou l’établissement concerné, l’expérience montrant que de nombreux cas peuvent se résoudre à l’amiable, sans intervention extérieure.

Clause du besoin pour les cabinets médicaux rétablie dès le 1er juillet 2013

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Le Parlement fédéral vient de rétablir dès le 1er juillet 2013 l’article 55a LAMal qui permet au Conseil fédéral de limiter l’admission des médecins à pratiquer à charge de l’assurance-maladie obligatoire. Cette modification a été déclarée urgente, raison pour laquelle elle est entrée en vigueur le 1er juillet 2013 déjà pour une durée de 3 ans. En voici les principales caractéristiques :

1. Les médecins qui ont exercé à charge de l’assurance- maladie obligatoire avant le 1er juillet 2013 et ceux qui ont exercé pendant au moins trois ans dans un établissement suisse de formation reconnu (selon la liste de l’ISFM) ne sont pas soumis à limitation. Les médecins qui ont accompli leur formation ou ont exercé au moins 3 ans dans des établissements de formation reconnus en Suisse ne sont donc pas touchés. C’est le cas de la plupart des internes et des cadres des HUG.

2. La limitation touche les médecins qui exercent une activité tant indépendante que dépendante, et elle peut concerner également le secteur ambulatoire des hôpitaux si le canton le décide.

3. L’admission à pratiquer à charge de l’assurance maladie obligatoire expire lorsqu’il n’en est pas fait usage après 6 mois, selon le délai que le Conseil fédéral a fixé dans l’ordonnance d’application entrée en vigueur le 5 juillet. Les cantons peuvent prolonger ce délai.

4. Ce sont les cantons qui désignent les médecins visés par la limitation et ils peuvent fixer des conditions, par exemple le lieu d’installation. Il est vraisemblable que le canton de Genève applique la clause du besoin à toutes les spécialités. Nous pensons qu’il collaborera, comme par le passé, avec l’AMG pour fixer les modalités d’exécution.

5. Pour sa part, l’AMG s’opposera à la remise exceptionnelle d’autorisations de pratique dans le but de reprendre un cabinet, sauf si la spécialité souffre d’une pénurie sévère. Un nombre suffisant de médecins non soumis à limitation devrait en effet être disponible dans le canton. Une activité spécifique ou le projet de développer un nouveau champ d’activité ne sont pas des arguments que nous retiendrons.

Cette décision parlementaire répond largement aux attentes de l’AMG. L’application qui en sera faite dépendra des autorités cantonales.
Pierre-Alain Schneider
Michel Matter

Rappel
Le code créancier (numéro RCC) est délivré aux médecins qui remplissent les conditions leur permettant de pratiquer à charge de l’assurance-maladie obligatoire. Il ne remplace pas l’autorisation de pratiquer délivrée par le canton. Comme celle-ci, il est personnel et ne peut être cédé.
Pour exercer, il faut :
– disposer d’une autorisation de pratiquer délivrée par le canton;
– disposer d’une assurance responsabilité civile professionnelle (selon la loi cantonale sur la santé);
– avoir adhéré aux conventions Tarmed;
– avoir demandé un numéro RCC.

Déprime ou dépression?

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Télécharger le dépliant

Selon la dernière enquête suisse sur la santé, près d’une personne sur quatre souffre de symptômes dépressifs à Genève. Or, en dépit de sa fréquence, la dépression demeure une maladie encore trop souvent méconnue.

Dans le cadre de l’Alliance genevoise contre la dépression qui réunit autorités et milieux associatifs, un site internet a été lancé pour améliorer la détection et la prise en charge précoce des troubles dépressifs. Au service du grand public, cet outil propose des informations de référence sur la dépression ainsi qu’une liste d’organismes genevois susceptibles de venir en aide aux personnes concernées et à leurs proches.

L’Alliance contre la dépression propose également une ligne téléphonique d’écoute, de conseils et d’orientation sur la dépression:

022 305 45 45 de 14h à 18h du lundi au vendredi

La ligne téléphonique s’adresse aux personnes présentant des signes de dépression, ainsi qu’à leurs proches, mais aussi à celles qui souhaitent
simplement s’informer sur la maladie. Elle répond également aux questions des médecins et professionnels en contact avec des personnes fragiles face à la dépression.

 

Mise en garde contre une arnaque à l’annuaire

Cet article a plus d'un an, les informations pourraient être perimées. Merci d'en tenir compte.

Berne, 08.03.2013 – Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) met en garde contre les fax intitulés «Handelsregisteramt der Schweiz» (Registre du commerce suisse). Ces communications n’ont absolument rien à voir avec les autorités officielles du registre du commerce bien que leur titre et l’utilisation de la croix suisse puissent faire penser le contraire.

Le SECO a été averti par différents canaux de l’actuelle tentative d’arnaque à l’annuaire. En Suisse, de nombreuses entreprises ont reçu un formulaire et les priant de remplir les champs obligatoires, de le signer et de le renvoyer. Signer et renvoyer ce formulaire comme demandé revient prétendument à conclure un contrat d’inscription de deux ans qui coûte 25 francs par mois.

Ce n’est PAS un formulaire de l’office du registre du commerce, même si le titre et les armoiries de la Confédération qui y figurent le laissent croire. Il s’agit clairement d’une tentative de tromperie.

Le formulaire est envoyé soit par courrier électronique (expéditeur: kanzlei_hreg@eclipso.ch) soit par fax (no 044 575 33 96).

Les formulaires cités ne satisfont aucunement aux exigences légales.  De l’avis du SECO, ils contreviennent à la loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) et à la loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics. Ils sont donc déloyaux et illicites.

Hygiène et stérilisation des dispositifs médicaux

[Contenu réservé aux médecins]