Les HUG consacrent une journée aux troubles bipolaires

Le jeudi 30 mars 2017, à l’occasion de la 3e journée mondiale des troubles bipolaires, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) organisent une matinée d’information sur les troubles bipolaires. Intitulée «Troubles bipolaires: l’union fait la force», cette journée est destinée aussi bien au grand public qu’aux professionnels. Des patients et des proches viendront apporter leur témoignage lors d’une conférence, au cours de laquelle des médecins et des soignants présenteront la maladie, les différents traitements et la façon de la conjuguer avec la vie quotidienne.

A signaler également: une exposition photographique temporaire sur la bipolarité, à voir jusqu’au 29 avril à l’Hôpital Belle-Idée à Chêne-Bourg.

Informations détaillées dans le communiqué de presse.

Flambées de rougeole dans plusieurs cantons – vigilance accrue devant toute suspicion

Plus de  cinquante cas de rougeole sont survenus dans plusieurs cantons de Suisse depuis novembre 2016.  Le Tessin, les Grisons et Fribourg sont les principaux cantons touchés par des flambées de cas concernant des enfants ainsi que de jeunes adultes.  A Genève,  aucun cas de rougeole n’a été rapporté depuis septembre 2016 (2013-2016 : 1-4 cas) mais en raison des vacances scolaires et de la mobilité accrue, des cas sont également susceptibles de se produire.

Nous vous demandons dès lors d’être particulièrement vigilants dans les semaines à venir. Le diagnostic clinique est parfois difficile et durant la phase prodromale, la confusion de la rougeole avec la grippe (toujours en circulation) est possible.

Pour mémoire, toute suspicion de rougeole doit faire l’objet d’une déclaration par téléphone (022 546 50 00) ou fax (022 546 98 16) au médecin cantonal dans les 24h, afin de mettre en œuvre les enquêtes d’entourage et permettre le suivi  épidémiologique. Les formulaires de déclaration sont disponibles via ce lien .

De plus, toute suspicion de rougeole sans lien épidémiologique doit être confirmée par un test diagnostic. La méthode de choix est une PCR sur un frottis oropharyngé (sensibilité élevée dès les premiers signes).

Devant cette situation, un communiqué de presse de l’Office fédéral de la santé publique(OFSP) paru le 9 février, a invité la population à faire contrôler son statut vaccinal et à le compléter si nécessaire (deux doses de ROR pour toute personne née après 1963). Vous risquez donc d’être sollicités par vos patients pour vérification et/ou mise à jour de la vaccination.

Enfin, pour votre information, un point de situation sur la rougeole en Suisse, a été mis en ligne le 21 février sur la page « Flambées et épidémies actuelles » du site Internet de l’OFSP auquel vous pouvez accéder en suivant ce lien. Malgré une augmentation de la couverture vaccinale nationale, ces flambées menacent de retarder l’élimination de la rougeole dans notre pays.

En vous remerciant de votre collaboration, nous vous adressons, chères et chers collègues, nos salutations les meilleures.

Prof. J-A Romand, médecin cantonal
Dr E. Delaporte, SMC

Prises de rendez-vous via MyHUG pour la neurologie, la neurochirurgie et l’ophtalmologie

[Contenu réservé aux médecins]

Trop de jeu sur internet ?

Institution précurseur des thérapies familiales en Suisse, la Fondation Phénix prend en soins, depuis de nombreuses années, des joueurs excessifs sur internet et leurs parents. Dès décembre 2016, l’équipe du Centre Phénix Mail et le Dr Marina Croquette Krokar testeront l’efficacité de deux approches familiales grâce à une étude scientifique randomisée :

– la thérapie familiale usuelle (ou FTAU, Family Therapy As Usual)
– la thérapie familiale multidimensionnelle (ou MDFT, Multidimensional Family Therapy).

Si, comme nous, vous pensez qu’il est nécessaire de trouver des solutions pour ce jeune public et leurs familles, aidez-nous en diffusant cette brochure afin que nous puissions recruter un nombre suffisant de participants.

Lettre d’introduction
Lancement d’une recherche scientifique innovante dans le traitement des addictions aux jeux vidéo

Cholestérol et maladies cardiovasculaires

Les statines dans le traitement du cholestérol sauvent des vies
Dernièrement, un débat public a eu lieu sur les statines et leur efficacité dans le traitement du cholestérol. Certains médias
Lire la suite …

Les HUG ouvrent le premier centre d’endométriose certifié d’Europe francophone

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont créé un centre d’endométriose qui est le premier d’Europe francophone à bénéficier de l’accréditation de la Fondation scientifique d’endométriose Lire la suite …

Brochures à destination des patients

La Bibliothèque de l’Université, site Uni CMU vient de rééditer une nouvelle version de certaines de ses brochures à destination des patients.
Lire la suite …
(suite…)

Nouvelle structure Urgences Trois-Chêne, ouverte le 1er novembre 2016

Pour les urgences non vitales de vos patients de 75 ans et plus

Urgences Trois-Chêne, les nouvelles urgences gériatriques, non vitales, de l’hôpital des Trois-Chêne ont ouvert le 1er novembre 2016.

La nouvelle structure de soins a pour objectif premier d’améliorer la qualité de la prise en charge en urgence des personnes âgées (75 ans et plus) pour des maux bénins et des traumatismes sans gravité, comme par exemple des fièvres, certains malaises, des douleurs abdominales ne nécessitant pas de chirurgie, des troubles du transit, des abus de médicaments ou des chutes sans traumatismes importants.

Lorsque le pronostic vital est engagé, que le recours à un spécialiste ou au plateau technique interventionnel est nécessaire, la personne doit être prise en charge directement aux urgences HUG de Cluse-Roseraie.

L’évaluation de la gravité n’est pas toujours aisée, c’est pourquoi les Urgences Trois-Chêne disposent d’une ligne téléphonique répondant aux questions durant les heures d’ouverture de la structure (7/7 jours, 8h-19h).

Si le transport du malade est organisé en ambulance, l’ambulancier choisit la structure d’urgence appropriée en appliquant l’échelle suisse de tri.

Pourquoi orienter un patient vers les Urgences Trois-Chêne ?
• Prise en charge rapide
• Aménagements conçus pour un meilleur confort
• Un plateau de radiologie complet de dernière technologie
• Une équipe médicale et soignante spécialement formée pour prendre soins des personnes âgées.

Ce service est placé sous l’autorité du Pr Jean-Luc Reny, chef du Service de médecine interne et Réhabilitation Trois-Chêne, médecin-chef de service à l’hôpital des Trois-Chêne et chef de projet des Urgences Trois- Chêne.

Synthèse des informations qui précèdent ainsi que le traitement des urgences aux HUG.

Informations communiquées par
Marianne Rubio
Chargée de communication

Urgences Trois-Chêne en chiffres

• 7 jours sur 7
• 8h-19h
• Pour les 75 ans et plus
• 18 lits (unités d’évaluation et d’observation confondues)
• Tél 022 305 60 60

30 octobre: Journée des proches aidants

proches-aidants

«Proches aidants, pour aider sans s’épuiser», tel est le message formulé par les cantons de Genève, Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Jura et Valais à l’occasion du 30 octobre – journée intercantonale des proches aidants.

A Genève, plusieurs actions prévues à la fin du mois informeront le public sur les aides disponibles dans le canton pour soutenir et soulager les proches aidants et pour les inciter à prendre le temps de se ressourcer. (suite…)

Initiative de l’AMG sur le secret médical : vers une majorité au Grand Conseil ! (Edito de La lettre de l’AMG de juillet-août 2016)

Grand succès pour une première !
Le 4 juillet 2016, l’AMG a déposé plus de 11 500 signatures au Service des votations et élections. C’est la première fois que notre association lançait une initiative cantonale. Quel succès! Le nombre de signatures, au-delà d’être conséquent malgré des vents contraires, est le reflet d’une volonté inébranlable de maintenir le secret médical et de renforcer la sécurité de tous pour mieux protéger la société.

Au-delà des partis et des divisions politiques
Cette réussite s’inscrit dans un soutien général sans esprit partisan ni clivage politique. Des élus de tous les partis genevois, sans exception, ont signé notre initiative et les citoyens ont soutenu notre action en soulignant l’importance de notre cause dans un climat où les notions de confiance entre le patient et son médecin et de protection des données personnelles sont primordiales.

Merci à toutes et à tous
L’AMG a été soutenue en particulier par l’Ordre des avocats de Genève, l’Association des juristes progressistes, l’Association des psychologues genevois (AGPsy), l’Association genevoise de physiothérapie (PhysioGenève), l’Association des pharmaciens indépendants de Genève, l’ensemble des intervenants thérapeutiques et des députés issus de tous les partis. Ces soutiens de la première heure et indéfectibles ont montré le large front d’opposition à la loi votée le 4 février 2016 par le Grand Conseil.

Oui à plus de coopération
L’AMG souhaite renforcer la sécurité de tous et c’est dans ce sens qu’elle soutient la volonté du Département de la sécurité et de l’économie et du Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé d’améliorer la coopération entre les différents intervenants en milieu carcéral, les services administratifs et l’autorité pénitentiaire. Cet esprit d’ouverture et de collaboration ne pourra se faire que dans le respect du secret médical.

A la rencontre des Genevois
Notre association, grâce à l’action de plusieurs collègues, qui trouveront ici les remerciements du Conseil, s’est rendue au contact direct de la population pendant trois samedis afin de récolter des signatures, mais surtout pour dialoguer, échanger et expliquer notre position. Les citoyens de toute condition et de toute pensée politique nous ont pleinement soutenus. Un message clair: ils nous font confiance, car ils savent qu’ils peuvent compter sur le secret médical.

Qui pourra encore travailler à Curabilis ?
Dans Curabilis, il y a la notion de soins, de traitement, de réintégration possible ou non. Notre initiative est essentielle, car seule l’acceptation par le Grand Conseil de nos amendements à la loi permettra de poursuivre le but incontournable de la prise en charge thérapeutique optimale par des professionnels de la santé de haute qualité des détenus dangereux. Les thérapeutes traiteront et les experts mandatés rendront leurs avis. Cette séparation des rôles de chacun est essentielle, car le médecin ne peut être transformé en auxiliaire de l’autorité d’exécution en lui imposant de tout rapporter. Le psychologue, la diététicienne, le physiothérapeute et le médecin traitant ne sont pas des experts en dangerosité. Ils ne lisent pas dans les âmes. L’expert permanent est un mythe. Le Code pénal est clair: le thérapeute et l’expert ne peuvent être un. La pesée des intérêts doit persister et avec elle le secret médical.

Confiance et sécurité
Le cardinal d’Estouteville, rédacteur des statuts de la Faculté de médecine de Paris, a écrit en 1600: «art 10: Personne ne divulguera les secrets des malades qu’il aura saisis par la vue, l’oreille ou la pensée». Plus tard, les révolutionnaires sanguinaires aboliront toute notion de secret. Le Code pénal en 1810 la rétablira. Attaquer le secret médical en brisant l’élément central de rapport de confiance, c’est diminuer la sécurité de tous. Croire que tout savoir protège mieux la société est un leurre et une erreur. Les avocats et l’ensemble des thérapeutes, avec le soutien de plus de 11 000 citoyens, l’ont bien compris. La sagesse et la clairvoyance du Grand Conseil devraient aller dans ce sens.
Michel Matter